• Mon avis sur The eternal Love (drama chinois)

     

     TOUT SAVOIR SUR LE DRAMA

     Shuang Shi Chong Fei / 双世宠妃 / 爷我等你休妻 / 爆笑宠妃 / 雙世寵妃 

     

     

    Chine Du 10/07/2017 au 15/08/2017 24 Épisodes (36 minutes)

     Tencent Comédie - Drame - Fantastique - Historique - Romance

     

      AVEC

    Xing Zhao LinMo Liang Cheng, le 8ème prince

    Liang Jie : Qu Tan Er / Qu Xiao Tan

    Sun Yi Zhu : Jing Xin Wang Hao Ge : Mo Jing Xuan, le 14ème prince

    Wang Rui Chang : Mo Yi Huai / Mo Yi Feng, le 1er prince Xin Rui Qi : Zhao Qing Yun

     

     

    La jolie Qu Xiao Tan, agent immobilier se retrouve dans l'ancien royaume de Dongyue, dans le corps de Qu Tan Er qui est fiancée au 8ème prince Mo Liang Cheng. Alors que Tan Er est douce et soumise, Xiao Tan a du caractère et est extravertie.

     Or, les deux jeunes filles prennent tour à tout le contrôle de leur corps commun, surprenant les gens autour d'elles, y compris le 8ème prince, qui commence à soupçonner quelque chose.

     

     

     

     - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

     

    MON AVIS

     

    17/20

     

     

     

    Si je m’étais arrêté aux premières minutes du premier épisode… je vous aurais dit « euh… est-ce qu’ils sont sérieux ? L’héroïne tombe sur de l’herbe synthétique où en plus on voit les raccords ?! » et puis j’aurais continué avec « non mais ils ont vraiment rajouté des effets spéciaux (pourris) pour faire croire qu’il y a des fleurs de cerisiers ? »… Mais heureusement, dès le deuxième épisode l’histoire m’a complètement emportée et je me suis avalée les épisodes avec avidité pour suivre l’évolution de cette romance bourrée d’alchimie… Bref, parlons un peu de The eternal Love.

     

    Mon avis sur The eternal Love (drama chinois)

     

    L’Histoire

     

    Le drama raconte l’histoire de Xiao Tan, une jeune agent immobilière ambitieuse qui, sans comprendre pourquoi ni comment est propulsée dans le passé, dans le corps d’une jeune noble, Tan Er. Les deux vont alors devoir se partager un corps commun, rendant leurs deux vies compliquées et donnant l’impression d’être bipolaires aux gens qui les entourent…

     

    Les voyages temporels sont des thèmes à la mode dans les dramas, qu’importe leur nationalité (Moon Lovers, Splash Splash Love, Rooftop Prince, Queen In Hyun's Man, Faith, Nobunaga Concerto etc.), et ce sont généralement toujours des scénarios qui fonctionnent parce qu’on prend des personnages modernes qui viennent bousculer les codes sociaux du passé (ou inversement). The Eternal Love ne fait pas exception à la règle et le vent d’air frais qu’apporte Xiao Tan va venir bouleverser la vie triste et tranquille vie de Tan Er… pour notre plus grand bonheur !

     

    Au niveau des décors extérieurs et des effets spéciaux… le drama fait vraiment cheap. Comme je vous le disais en introduction, de prime abord le drama semble avoir très peu de budget et faire un peu avec les moyens du bords mais… très vite, dès le deuxième épisode je suis rentrée dans l’histoire… l’alchimie du couple principal, ces deux femmes dans un même corps, les intrigues et complots politiques… tout m’a finalement passionnée. Et du coup, finalement, la forme importe peu puisque le reste parvient à nous immerger. Et puis visuellement, tout n’est pas à jeter puisque les décors intérieurs et les costumes (bon les perruques sont moyennes) sont magnifiques.

    Bref The Ternal Love m’a rendue totalement accro à son histoire… je me suis attachée aux deux héroïnes bien qu’elles aient un caractère extrême différent (justement je trouvais que la calme et réfléchie Tan Er complétait parfaitement l’impulsive et téméraire Xiao Tan) et, petit à petit, on va assister à la formation de deux couples à part entière : d’un coté Tan Er et le 1er prince, et de l’autre Xio Tan et le 8eme prince… Double romance, doubles problèmes et double alchimie

    L’histoire est bourrée de rebondissements, de complots politiques, de rivalité familiale, de jalousie, de retournements de situation… Franchement, difficile de s’ennuyer et impossible de décrocher…

     

    Mon avis sur The eternal Love (drama chinois)

     

    Les personnages

     

    Xiao Tan (Liang Jie) représente les personnages féminins que j’affectionne le plus. Beaucoup de caractère, de l’impulsivité, une grande bouche, de la curiosité et un bon sens de la justice. Elle débarque dans une époque avec laquelle elle n’est pas familière, avec ses idées de femme moderne et doit faire fasse à l’effacement de la femme et à un mariage forcé. Grace à elle, Tan Er va pouvoir d’avantage s’affirmer et se défendre de son horrible famille. Durant tout le drama elle cherche activement un moyen de rentrer chez elle, sans tenter de s’adapter à cette époque qui ne lui convient clairement pas.

     

    Tan Er (Liang Jie) est une jeune femme cultivée, effacée, et dégageant une tristesse profonde. Forcée d’épouser le 8eme prince alors qu’elle vivait une romance avec le 1er prince qui lui, doit épouser sa sœur, elle tente de se suicider… en vain. L’arrivée de Xiao Tan va bouleverser sa vie de manière brutale puisque du jour au lendemain elle doit faire face à une personnalité vive et impulsive qui va, avec son corps tenir des discours et agir de manière inappropriée vis à vis de sa classe et réputation. Cependant, au fils du temps, elles vont se révéler être de véritables alliées l’une pour l’autre puisque Xiao Tan va défendre Tan Er de son courage et Tan Er aider Xiao Tan de son savoir. Bref, une vraie complémentarité. Cependant je dois dire que SPOIL la fin de Tan Er m’a vraiment fait mal au cœur et m'a semblé très injuste… elle aurait mérité de pouvoir vivre son amour avec le 1er prince…/SPOIL

     

    Le 8eme prince, Mo Liang Chen (Xing Zhao Lin) est un personnage que j’ai vraiment adoré. Calme, intelligent, calculateur et réfléchis, c’est un jeune homme qui, dès sa première apparition force le respect et attise notre curiosité. Même s’il fait parti des princes de l’empire, il ne semble pas vraiment intéressé par la course au trône et mène sa vie un peu à sa manière. Lorsqu’il fait la rencontre de sa nouvelle femme… il est très vite curieux et méfiant devant son étrange double personnalité, mais va rapidement tomber sous le charme de l’impertinente Xiao Tan qu’il va aimer d’un amour inconditionnel... Et c’est justement cette façon d’aimer qui m’a fait adorer ce personnage. Pour elle il est prêt à tout quitter et sa façon de la regarder était magnifique. Leur romance est vraiment bourrée d’alchimie.

     

    Mo Yi Huai (Wang Rui Chang), le premier prince est le rival en amour comme pour le trône de notre premier lead masculin. Aveuglé par sa quête de pouvoir il se montre égoïste et avide et va malheureusement se perdre en chemin. Même s’il aime Tan Er plus que tout, ses ambitions vont lui jouer des tours et il va faire les mauvais choix, prendre les mauvaises décisions et s’empêtrer dans un complot qui va se retourner contre lui… j’ai beaucoup SPOIL regretté qu’il ne fasse pas passer au premier plan son amour pour Tan er, surtout que ces deux là auraient vraiment mérité de vivre leur amour…/SPOIL

     

    Je voulais également parler de la mignonne Jing Xin (Sun Yi Zhu) qui, tout au long du drama va servir avec bienveillance et intelligence nos deux héroïnes. J’ai aimé sa sincérité, son petit caractère et sa grande loyauté. C’est un personnage de confiance qui sait se rendre attachant et touche le spectateur par ses bonnes intentions et son joli sourire. Je verrais bien cette actrice dans une first lead d’ailleurs.

     

    Mon avis sur The eternal Love (drama chinois)

     

    FIN et CONCLUSION

     

    J’ai beaucoup moins aimé les 4 derniers épisodes après SPOIL que notre couple aient quitté dongyue, je crois que j’étais nostalgique du palais et de toutes les histoires s’étant passées là bas /SPOIL mais jusqu’au bout… le drama ne s’essouffle pas et je ne me suis jamais ennuyée. Durant ces derniers épisodes ont a d’ailleurs énormément de réponses et d’explications sur tout un tas d’élément de l’histoire (comme SPOIL pourquoi Cheng Cheng devait disparaitre à 25 ans, son ancienne vie, pourquoi l’orbe a été confié à la famille Qu, le vieux empereur bref beaucoup de choses en peu de temps finalement /SPOIL). Alors, même si, personnellement je crois que j’aurais limite préféré qu’on s’arrête à SPOIL la mort de nos deux héros ensemble dans le lit… /SPOIL, l’histoire avait besoin de ces éléments.

     

    Il y a une saison 2 sortie l’année dernière, et je prévoie donc de la voir d’ici la fin de l’année… j’ai hâte de suivre les aventures du couple dans l’air moderne (et selon le synopsis ils retourneraient également dans le passé… ça promet !!)…

    Bref je vous conseille évidemment ce drama que j’ai tout simplement adoré… une alchimie incroyable, une histoire pleine de rebondissements, des personnages attachants et touchants (même certains méchants)… Ce drama chinois est à mes yeux une réussite malgré ses défauts.

     

     

     

    Tu as vu le drama ? Tu l'as aimé ?

     

     


    1 commentaire
  •  

    Mon avis sur THIRTY BUT SEVENTEEN (drama coréen)

     

    TOUT SAVOIR SUR LE DRAMA

    Seoreunijiman Yeorilgobipnida 서른이지만 열일곱입니다 

     

     

     

    Corée du Sud Du 23/07/2018 au 18/09/2018 32 Épisodes (35 min)

    Jo Su Won (Réalisateur) Jo Seong Hee (Scénariste)

    Mun Seok Hwan (producteur) Oh Gwang Hee (Producteur en chef)

     SBS Comédie - Mélodrame - Romance

     

     AVEC

    Shin Hye Sun : Wu Seo Ri Yang Se Jong : Gong Wu Jin

    Ahn Hyo Seop : Yu Chan Wang Ji Won : Kim Tae Rin

    Ye Ji Won : Jennifer/Hwang Mi Jeong

      An Seung Gyun : Jin Hyeon Im Byeong Gi : Le père de Gong Wu Jin  Jeon Bae Su : Wu Seong Hyeon

    Jeon Ik Ryeong : Kim Hyeon Jin Jeong Yu Jin : Gang Hee Su Jo Hyeon Sik : Han Deok Su

    Kim Min Sang : Yu Jung Seon Lee Ah Hyeon : Gong Hyeon Jeong Lee Do Hyeon : Dong Hae Beom

    Lee Seo Yeon : No Su Mi Lee Seung Joon : Kim Hyeon Gyeo Park Si Eun : Wu Seo Ri jeune

    Sim I Yeong : Guk Mi Hyeon Wang Seok Hyeon : Kim Hyeong Tae jeune

    Yun Chan Yeong : Gong Wu Jin jeune Yun Seon Wu : Kim Hyeong Tae

     

     

     

    Wu Seo Ri se réveille du coma dans lequel elle est plongée depuis ses 17 ans. Elle est maintenant âgée de 30 ans cependant elle reste mentalement la jeune fille de 17 ans qu'elle était avant son accident. S'adaptant difficilement à sa nouvelle vie elle cherche à tout prix à renouer avec son passé, c'est ainsi qu'elle croise le chemin de Woo Jin.

    Gong Woo Jin est quant à lui un jeune designer de 30 ans. Suite à un traumatisme qu'il a vécu il y a 13 ans, il évite de s'impliquer dans les relations pouvant le lier aux autres.

     

     

     - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

     

    MON AVIS

     

    17/20

     

     

     

    Still 17 est un drama qui a fait beaucoup de bruit à sa sortie et qui a été suivi par beaucoup d’internautes. Comme à mon habitude, j’ai préféré attendre son entière diffusion pour le voir et aie fini par le laisser sur un coin de mon pc jusqu’à ce que je m’y mette il y a quelque temps. Moi qui avais réussi à ne pas me faire spoiler et à ne pas lire d’avis à son sujet je peux vous dire que cette histoire a été une très belle surprise. Une ambiance chaleureuse qui apporte tout de même son lot de larmes, des personnages attachants et intéressants, une réalisation soignée et en prime des animaux de compagnie trop mignons (dont les dramas manquent cruellement habituellement) !! Bref c’est parti pour mon avis sur un drama qui ne m’a apporté que de belles émotions.

     

    Mon avis sur THIRTY BUT SEVENTEEN (drama coréen)

     

    L’Histoire

     

    Le drama raconte l’histoire tragique de Seo Ri qui, après un violent accident de bus est plongée dans le coma pendant 13 ans. A son réveil… le reflet dans le miroir à changé, elle doit réapprendre à se mouvoir et faire avec un nouvel âge qui ne lui correspond pas : 30 ans. Par-dessus le marché, sa famille ne donne aucun signe de vie et elle décide de s’enfuir de l’hôpital pour aller les retrouver. Mais voilà lorsqu’elle retourne à son ancienne maison, celle-ci a été vendue à de nouveaux propriétaires dont le chef de famille n’est pas vraiment sympathique. En effet Gong Wu Jin, aussi connu sous le nom de « Mister Goong » est un trentenaire froid et renfermé qui n’apprécie pas de se mêler à la vie des autres… Cependant suite à certaines circonstances notre héroïne, Mister Goong, son neveu et le chien vont être amené à cohabiter.

     

    Ce drama m’a vraiment mis du baume au cœur et m’a fait hurler de rire par moment… j’ai vraiment adoré l’humour et la légèreté globale de la romance… ce qui ne m’a pas empêché de pleurer un nombre incalculable de fois parce que le drama sait gérer les émotions à la perfection. Les personnages sont tellement bien écrits (et ils sont sans aucun doute le point fort du drama) qu’ils nous impliquent émotionnellement dès les premiers épisodes et on a qu’une envie, c’est que leurs interactions les guérissent de leur maux. J’ai adoré voir l’héroïne murir au fils des épisodes, le héros s’ouvrir petit à petit et tout le petit monde qui gravitait autour se battre pour leurs rêves. Dans cette maison vont et viennent des personnages qui, tous ensemble, vont se mettre à former une sorte de grande famille conviviale et chaleureuse dans laquelle les larmes sont essuyées par des mains sincères et les sourires échangés par des cœurs vrais.

     

    Et… je suis obligée de parler de cette magnifique romance. Parce que… Ohmondieuquececoupelestmignon… ce duo transmet un bonheur incroyable. Il suffisait de les mettre ensemble à l’écran pour que les images s’illuminent… Ensemble ils avaient une belle harmonie et une alchimie qui crevait l’écran de sincérité. J’ai vraiment adoré les voir tomber amoureux petit à petit au fils des moments partagés, le tout d’une manière très naturelle et vraisemblable. Vraiment ce couple, j’y ai cru et j’y crois encore !

    S’ajoute à cette romance une bromance des plus touchante entre cet oncle taciturne et ce neveu extraverti. Les deux ont une relation touchante et une très très belle complicité. Et, plus le héros ouvrait son cœur, plus leur lien devenait palpable. Non, vraiment, ces deux là m’ont beaucoup émue (SPOIL au mon dieu à la fin lorsque Chan avait peur qu’il disparaisse de nouveau… ça me faisait tellement mal au cœur /SPOIL)…

     

     

    Mon avis sur THIRTY BUT SEVENTEEN (drama coréen)

     

    Les personnages

     

    La vie de notre héroïne, Wu Seo Ri (Shin Hye Sun) a basculé le jour où, après un accident de bus elle tombe dans le coma. Elle va rester endormie durant 13 ans et à son réveil, découvrir que tout a changé. Son reflet dans le miroir est différent et on lui annonce qu’elle à maintenant 30 ans. Impossible de retrouver sa famille, ses amis et en dix ans les lieux qu’elle a connu ont eux même changés pour faire place à des buildings qui lui semblent étrangers. Mais le pire dans tout ça c’est lorsqu’elle découvre que sa précieuse maison construite par son père n’appartient plus à sa famille et qu’elle a été vendu. C’est un personnage très attachant de part son extrême gentillesse et son innocence. Même si tout le monde autour d’elle pense qu’elle a trente ans, dans son cœur et sans tête ce n’est qu’une adolescente de 17 ans à qui on a volé du temps et un avenir. N’étant pas diplômée, son talent au violon n’est pas reconnu et elle peine à trouver du travail. C’est donc un cercle vicieux cruel pour lequel elle ne trouve pas d’autre issue que celle de vivre avec les nouveaux habitants de la maison. Mais ce qu’elle ignore lorsqu’elle y pose ses valises, c’est qu’elle va trouver ici une famille et reprendre goût à la vie…

     

    Au début du drama, lorsque l’on découvre Gong Wu Jin (Yang Se Jong), c’est un personnage qui s’est renfermé sur lui-même et qui, par peur de blesser les autres refuse de s’investir ou d’intervenir dans la vie d’autrui. Persuadé d’être la cause de la mort d’une jeune fille lors d’un accident, il s’est puni en s’isolant du reste du monde, laissant derrière lui son propre bonheur. Lorsqu’on le retrouve à ces trente ans, il est bien loin le jeune lycéen souriant et attentionné qu’on nous avait présenté dans les premières minutes… notre héros est devenu taciturne, froid et détaché et ne veut surtout pas avoir de contacts avec quiconque hormis son petit chien (qui est d’ailleurs la seule preuve de la chaleur et de l’attention qu’il peut accorder aux autres). Mais, au contact de notre héroïne, il va petit à petit s’ouvrir au monde et aux autres et accepter d’intervenir dans la vie des personnes qui l’entourent. Elle va en quelques sortes le libérer du carcan qu’il avait tissé autour de lui et abaisser les murs invisibles qui le séparaient des autres. Plus le drama avançait, plus il était touchant, plus sa sincérité et sa gentillesse le faisait rayonner…

     

    Chan (Ahn Hyo Seop) est un personnage auquel on ne peut que s’attacher à la minute où il apparait. Un grand sourire, un air un peu niais, des mots maladroits mais chaleureux et un regard bienveillant. C’est le premier à tendre la main à notre héroïne et je dois avouer que lorsque je l’ai vu tomber amoureux d’elle… je me suis sentie très triste à l’idée que ses sentiments soient blessés (fatale destinée des seconds leads)… mais c’est en tout cas un personnage lumineux qui transmet une bonne humeur communicative aux autres personnages comme aux spectateurs.

     

    Jennifer (Ye Ji Won – J’adore cette actrice !!) est un personnage qui j’ai tout de suite adoré. Elle dégage un charisme fou et ses attitudes robotisées me faisaient toujours sourire. Cette femme extrêmement intelligente s’exprime quasiment uniquement via des citations d’auteurs qu’elle utilise toujours juste lorsqu’il faut. Lorsque qu’on la découvre au début du drama, on ne peut qu’admirer sa force (quand elle porte notre héroïne ahah), son charisme, ses exploits en cuisine et son professionnalisme. Elle ressemble un peu à une wonder woman. Mais le plus beau dans tout ça, c’est lorsqu’on apprend à la connaitre d’avantage, lorsqu’elle exprime un petit sourire discret ou lorsqu’une larme vient mouiller ses yeux… J’aurais voulu en apprendre encore d’avantage sur son passé et c’est un personnage qui m’a beaucoup touché SPOIL quand on apprend que son mari était dans l’accident et que, de chagrin elle a cessé de prendre soin d’elle et que son bébé dans son ventre n’en a pas réchappé… c’est terrible. Je suis donc soulagée qu’elle puisse à la fin du drama vivre sa propre vie et cohabiter de nouveau avec ses émotions /SPOIL.

     

    Kim Tae Rin (Wang Ji Won) aurait vraiment pu être un personnage agaçant mais j’ai trouvé que pour une fois, on s’en sortait bien avec un second lead qui ne sera jamais un réel frein pour notre héroïne malgré sa jalousie et quelques tentatives vaines pour la ralentir (d’ailleurs elle n’est au final pas très présente dans le drama et arrive assez « tard » pour une rivale). Je pense que c’est même au contraire un personnage qui, sans le vouloir va aider Seo RI en lui faisant prendre conscience par exemple que SPOIL ce qu’elle aimait par-dessus tout ce n’était pas être douée au violon mais bien pratiquer de la musique pour l’amour et le bonheur d’en faire /SPOIL. J’ai beaucoup aimé sa SPOIL prise de conscience et la personne qu’elle est devenue à la fin du drama. /SPOIL

     

     

    Mon avis sur THIRTY BUT SEVENTEEN (drama coréen)

     

    FIN et CONCLUSION

     

    Cette fin était simplement parfaite. Tous les mystères sont résolus et notamment la raison SPOIL de l’abandon de notre héroïne. J’ai été très très triste de découvrir que son oncle était en fait décédé tout en étant soulagée d’apprendre qu’il ne l’avait pas abandonnée. Quand à sa tante à la toute dernière scène on nous laisse entendre qu’il y a moyen de reconstruire quelque chose donc c’est très encourageant /SPOIL. De plus, je ne vous cache pas que j’ai attendu TOUT le drama que le héros découvre enfin la vérité et cette scène m’a absolument BOULVERSEE… SPOIL lorsqu’ils sont devant l’urne et qu’il découvre qu’en fait non, celle qui est toujours vivante c’est bien la jeune fille rêveuse dont il était amoureux enfant, le choc est immense… /SPOIL et j’ai adoré  découvrir qu’en fait, notre héroïne aussi SPOIL avait le béguin pour lui et qu’en plus bah il n’y était VRAIMENT pour rien dans l’accident puisque c’était un arrêt où elle descendait habituellement – même si que ce soit le cas où pas, notre pauvre Woo Jin se torturait pour rien… comment aurait-il pu prévoir l’accident ?! /SPOIL

    Et puis, le drama se termine sur une belle note d’espoir en nous SPOIL réunissant tous nos personnages comme au bon vieux temps autour d’un bon repas… /SPOIL j’ai trouvé que ces dernières minutes étaient contagieuses de bonne humeur.

     

    Thirty but seventeen se termine donc sur un belle morale : celle de savoir apprécier les petits bonheurs du quotidien, faire ce qui nous rend heureux et d’aimer les personnes qui sont auprès de nous jours après jour. Parce qu’il ne faut pas se laisser emprisonner dans un passé résolu mais plutôt profiter de l’instant présent et se satisfaire de ce que l’on possède plutôt que de rêver à ce que l’on n’a pas. On ne change rien avec des « si seulement ». C’est ce que j’essaye d’appliquer au quotidien et c’est à mon sens la recette du bonheur.

     

    Tu as vu le drama ? Tu l'as aimé ?

     

     

    Mon avis sur THIRTY BUT SEVENTEEN (drama coréen)

     


    votre commentaire
  • Mon avis sur Fall In Love At The First Kiss (film chinois)

     

    TOUT SAVOIR SUR LE FILM

     Yi Wen Ding Qing 一吻定情 

     

     

    Taiwan Date de sortie :  14/02/2019 1h22

    Comédie - École - Romance

     

     

    Darren Wang : Jiang Zhi Shu  ~ Jelly Lin : Yuan Xiang Qin

     Kenji Chen : Ah Jin

    Bernice Tsai : Li Mei Alina Zheng : Xiao Sen Chung Christy : Ah Li Sao (La mère de Zhi Shu)

    Christopher Lee : Jiang Wan Li (Le père de Zhi Shu)

     

    Ce film est un remake du drama japonais Itazunara Kiss. Yuan Xiang Qin est étudiante en classe F, la plus mauvaise section de son école et tombe amoureuse du génie de son établissement, Jiang Zhi Shu. Elle va alors décider de se confesser dans une lettre mais celui-ci va refuser ses sentiments devant tout le monde. Humiliée, lorsqu’elle rentre chez le sort s’acharne puisque sa maison s’effondre. Par chance un vieil ami de son père propose de les héberger… il s’agit du père de Jiang Zhi Shu…

     

     - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

     

    MON AVIS

     

    08,5/10

     

     

    Mon dieu que ce film était mignon… Deux heures seulement pour revisiter la célèbre histoire d’Itazura na Kiss, Playfull KissIts started with a Kiss ou Kiss Me et les scénaristes s’en sont parfaitement bien sorti. Le résultat montre suffisamment pour qu’on parvienne à s’attacher aux héros, le couple a de belles scènes ensemble et plusieurs baisers très réussis !! Bref, parlons un peu plus en détails de cette mignonne production.

     

     Mon avis sur Fall In Love At The First Kiss (film chinois)

     

    L’histoire reste la même que pour les autres versions avec bien sûr des arrangements/changements parce que sinon ce ne serait pas amusant… le plot de base c’est donc l’histoire d’une jeune fille qui ne brille pas vraiment par son intelligence puisqu’elle fait partie de la pire classe de son établissement... mais à défaut d’être intelligente elle est pleine de vie, gentille et rêveuse… Lorsqu’elle rencontre pour la première fois le génie de l’école… leur première entrevue est comme qui dirait mémorable puisqu’elle l’embrasse sans faire après. Tombée amoureuse après ce premier baiser elle décide de lui avouer ses sentiments et pour cela lui écrit une lettre… qu’il va refuser devant tout le monde. Humiliée et désespérée, lorsqu’elle rentre chez elle le soir elle n’est pas au bout de ses peines puisque sa maison s’écroule. Mais pas de panique… son papa est contacté par un vieil ami qui lui propose de l’héberger le temps qu’il trouve une solution. Le souci… c’est que ce vieil ami n’est autre que le papa du génie de notre école… C’est comme qui dirait le début des ennuies… et plus si affinités :)

     

    Le scénario est très bien arrangé de sorte à tenir sur les deux heures imparties. Du coup, pas de longueurs et pas de scènes inutiles. J’avoue que j’aurais bien aimé avoir d’avantage de scènes avec le second lead qui était craquant et hilarant, mais faute de temps on n’a que le stricte nécessaire (qui est déjà bien chouette disons le). La réalisation est de très bonne qualité et la photographie très colorée. En bref un vrai plaisir à regarder.

     

    L’humour est vraiment sympathique, j’ai ris bêtement durant tout le film… je dois bien l’avouer. Mais ce genre de petite comédie romantique n’a pour but que de nous faire passer un bon moment en tout simplicité alors, même si j’avais l’air d’une idiote, au moins j’étais une idiote heureuse ahahah

    La romance m’a énormément plu… Le héros s’intéresse finalement assez vite à l’héroïne et en deux heures… on a tout de même quatre baisers (et pas dégueu !!!) et des échanges de regard plein d’alchimie. Quelques moments dramatiques ça et là et le tour est joué, on a une romance qui fonctionne du tonner et un couple qui n’a pas à pâlir vis-à-vis des autres versions.

     

    Mon avis sur Fall In Love At The First Kiss (film chinois)

     

    Notre héroïne est très attachante et j’ai énormément aimé son côté fan girl… sa housse de couette est à tomber et ses petites créations toutes choupies. Son beau sourire illumine l’écran retranscrivant la sincérité et la gentillesse de son cœur. Si elle peut sembler un peu naïve et simple, elle n’en reste pas moins une personnage qu’on apprécie tout de suite.

    Le héros est, un peu comme dans KISS ME, beaucoup moins froid que dans la version coréenne, ce qui m’a beaucoup plu parce qu’il était plus humain et attendrissant. Ce brillant élève fait la fierté de sa famille et de son école mais sur ses épaules reposent des responsabilités trop lourdes pour son âge. Toute son enfance il n’a fait qu’écouter les adultes et travailler dur, oubliant de penser à se trouver ses propres rêves.

    Notre second lead masculin est, fidèle aux autres versions pour son obsession pour notre héroïne et son coté loufoque, et c’est bien pour ça qu’on apprécie ce personnage. Je l’ai trouvé très touchant dans ses attentions envers notre héroïne sans jamais devenir lourd ou encombrant.

     

    Mon avis sur Fall In Love At The First Kiss (film chinois)

     

    J’ai énormément aimé la fin et SPOIL la déclaration en mariage de notre héros. Bon j’aurais bien aimé qu’il lui dise clairement qu’il l’aime, mais cette matérialisation par des actes fonctionnait tout aussi bien… de plus j’ai ADORE le fait qu’on revoit l’histoire de son point de vue… et j’aurais bien aimé que la lettre d’amour soit traduite en sous titres parce que malheureusement… bah du coup j’ai rien compris AHAHAH /SPOIL

    Fall In Love At The First Kiss c’est clairement le genre de film qui me fait du bien. Il nous met dans une humeur toute colorée et j’ai réussi à retrouver dans cette version la chaleur que j’avais tant apprécié dans la version thaïlandaise. Je suis donc ravie de cette petite trouvaille et ne peux que vous conseiller ce mignon petit film sans prétention qui saura vous faire passer un bon moment en tout simplicité. A noter que le titre « I Belongs to you » (la musique du film) illustre parfaitement les jolies couleurs et le ton tout doux de cette production qui me laissera un joli souvenir.

     

     

     

    Tu l'as vu ? Tu l'as aimé ?

     

     

    Mon avis sur Fall In Love At The First Kiss (film chinois)


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires