•  

     

     

     

    Bilan Films

    Juillet/Août 2016

     

     

    Bilan Films été 2016

    Girl In A Sunny Place

     

     

     

    J'ai trouvé intéressant de faire un bilan pour ces deux mois d'été qui viennent juste de se terminer de la même manière que je l'avais fait pour la période de janvier à juin :) Et puis, comme à la rentrée je risque de ne pas regarder grand chose, je voulais séparer mon été des mois à venir !

     

    Vous noterez certainement qu'il n'y a pas les liens pour tous les films présentés tout simplement parce que leurs articles n'ont pas encore été publiés (mais on bel et bien été rédigé et sont prêts - voir mon article de la rentrée) !

     

     Bref, let's Go pour le récapitulatif dramas de juillet & Aout 2016 !

     

     

     

     

    JUILLET 2016

     De ton été tu profiteras...

     

    Bilan Films été 2016

     

    J'ai commencé le mois de juillet avec un film très poétique : Girl In The Sunny Place (film japonais). Très belle histoire d'amour qui m'a fait redécouvrir et adorer la chanson des Beach Boys Wouldn't Be Nice que je me suis écoutée en boucle des jours entiers. Si je ne m'étais lancée dans ce film à la base que pour le casting, j'y ai en fait découvert une véritable ode au bonheur. Beaucoup de complicité, de tendresse une une pointe de fantaisie font de ce films un divertissement au doux gout de rêve.

     

    J'en ensuite enchainé avec Seven Something (film thaïlandais) sans savoir trop à quoi m'attendre. J'ai finalement été plutôt déçue par ce que que j'y ai découvert. Des trois histoires, seules deux ont réussi à retenir mon intérêt (surtout la première) et je me suis plutôt ennuyée même s'il y avait de bonnes idées. Je ne sais pas s'il nous arrive vraiment quelque chose tous les 7 ans, mais j'espère que ce seront des bonnes.

     

    Et puis... j'ai basculé sans crier gare dans un film que je n'aurais pas forcément regardé, mais, un peu lassée de ma routine habituelle j'ai eu envie de tester (surtout qu'il m'avait été recommandé à plusieurs reprises)... un drame/vengeance. Je me suis donc lancée dans le bouleversant Don't Cry Mommy (film coréen) qui raconte l'histoire d'une jeune fille qui se fait violer par des camarades d'écoles et finit par se suicider. Sa mère ne supportant pas la mort de son enfant et que la Justice ne condamne pas les coupables décide de se venger... Poignant, choquant, émouvant... On ne peut pas sortir indemne de ce film qui est un véritable coup de cœur émotionnel.

     

    Pour me remonter un peu le moral je me suis ensuite lancée dans Heart Attack (Freelance) (film thaïlandais) pour deux raisons : le casting et parce que je pensais qu'il racontait une histoire d'amour. Finalement j'ai été plutôt surprise par le contenu que j'ai découvert : c'est, plutôt qu'une histoire d'amour, une sorte de témoignage de vie, de réalité social... Le cynisme du héro et la décortication de sa petite vie banale (avec tous ses boutons ahah) m'a finalement captivée du début à la fin. Je pense que le scénario est impeccablement réalisé. A voir, parce que c'est à la fois étrange et super cool.

     

    Pour continuer dans la lignée des drames et films de vengeance, j'ai choisi Hwayi Monster Boy (film coréen). Il y avait Yeo Jin Gu au casting et, en plus d'un scénario appétant, j'avais une fois de plus envie de sortir de mes sentiers battus. J'ai finalement découvert un film très dur (souvent à la limite de la perversion) qui se perd dans une violence sanguine et souvent de trop. Je reproche à Hwayi d'être un film qui se donne en spectacle en oubliant de travailler la profondeur de ses personnages.

    Il reste cependant un excellent divertissement qui nous tient en haleine du début à la fin...

     

    Et puis, pour terminer le mois de juillet je me suis regardé le magique... Rurouni Kenshin (film japonais)... Un vrai chef d’œuvre qui nous en met plein la vue durant deux heures. Je crois que c'est un peu le film événement de mon été et je dois avouer que j'ai hâte de vous publier ma critique pour tenter de convaincre les derniers hésitants !

    Rurouni Kenshin raconte l'histoire d'un ancien samouraï légendaire qui a décidé de cesser de tuer et vagabonde ici et là en venant en aide aux personnes qu'il croise. A cause d'un passé d'assassin trop lourd à porter, il a décidé d'abandonner son propre nom et de vivre anonymement dans une société en plein changement. Mais lorsqu'un mystérieux tueur fait frémir la population sous son nom (il a usurpé l'identité de Battosai en récupérant son épée), il ne peut reculer... Combats à couper le souffle, réalisation et bande son renversante, il n'en fallait pas moins pour faire battre mon cœur et briller mes yeux. A voir de toute urgence, et sur grand écran s'il vous plait !


     

     

    AOUT 2016

     Des films en quantité tu regarderas...

     

    Bilan Films été 2016

     

    Pour commencer le mois d'août j'ai choisi My Brillant Life (film coréen), une histoire bien triste qui porte le témoignage de malades dont la maladie est peu connue et dont on ne connait pas de remède. La maladie de progeria est un syndrome très rare entrainant le vieillissement prématuré et accéléré de l'enfant touché. Rien qu'avec cette phrase, je suis persuadée que vous commencez à prendre l’ampleur de ce dont je vais vous parler...

    Dès les premières minutes on s'attache à un petit garçon dont on sait les jours comptés. Alors qu'il a le corps d'une personne âgée, il n'a même pas encore pu prétendre être adulte et vit une vie de souffrance avec beaucoup d'enthousiasme et de volonté. Beau message de courage, il nous entraine dans sa jolie famille. Ses parents, qui l'ont eu très jeunes sont pour moi de vrais modèles. Ils ont toujours fait de leur mieux pour tout et, malgré leurs galères et leurs erreurs, on ne peut s'empêcher de les admirer, d'admirer leur relation avec leur fils. Même si le film m'a un peu laissé sur ma faim et s'est montré un peu long par moment, rien que pour l'histoire, l'interprétation et le casting, il ne faut pas manquer My Brillant Life.

     

    Je me suis ensuite lancée dans Orange (film japonais), un film que j'attendais avec énormément d’impatience sans trop savoir pourquoi (sans doute les jolies affiches et la promesse d'une belle histoire), mais... contre toute attente, je ne l'ai pas encore terminé. Arrêté à la moitié (je ne me souviens plus pourquoi mais ce n'était pas par ennuie) je n'ai finalement pas repris son visionnage, sans doute par flemme. Je le regrette un peu puisque du coup, je ne peux formuler aucun avis final. En tout cas, la première moitié m'intéressait beaucoup. Je me posais plein de questions, et surtout, j'avais hâte de connaître la suite.

     

    Moins gai, mais tout aussi prenant, c'est The Five (film coréen) que j'ai choisi pour la suite pour continuer la série des films noirs (après Don't Cry Mommy et Hwayi).

    Pour moi, The Five a réussi son pari de me divertir et de me faire passer par tout un panel d'émotions différentes (la peur, la colère, la tristesse...) mais n'est pas parvenu à aller réellement au bout des choses. En s'attaquant à un sujet aussi difficile et en dépeignant un méchant aussi monstrueux, j'en attendais d'avantage, je voulais en savoir plus. Même si, et je sais que c'est contradictoire, j'avais parfois du mal à faire face à toute cette violence, j'ai eu l'impression qu'ils se sont retenus sur bien des plans. Dommage !

     

    Suckseed (film thaïlandais) est venu apporter un vent d'humour bien frais à mes visionnage d'aout. Ce film un peu barré à l'humour décalé (mais délicieux) nous parle d'amitié avec un grand "A". Ici, pas d'histoire d'amour (bien qu'on pourrait le croire au premier abord) mais l'histoire d'un groupe de potes et de leur aventure musicale un peu déglinguée. On rigole pas mal, on s'étonne aussi et on passe un bon moment en toute simplicité.

     

    Et, parce que finalement l'humour ça fait du bien, je me suis lancée dans Marriage Blue (film coréen), une comédie coréenne qui parle... du mariage. A travers quatre couples très différents (mais qui se croisent et se recroisent tout au long du film) on réfléchis sur le mariage et l'amour. Même si l'histoire reste superficielle à cause du format, on apprend à apprécier chacun des couples et on se prête volontiers au jeu.

     

    Si bien lancée dans les comédie, j'ai enchainé avec Campus Confidential (film taïwanais) qui vient enfin mettre un peu de bleu dans ce récapitulatif.

    S'il n'avait pas eu ce final et ce retournement de situation déconcertant à la fin, je crois même que j'aurais pu le sacrer coup de cœur tellement j'ai aimé. De prime abord, il ne paye pas de mine, et ne semble pas très original, mais on y découvre des personnages tellement attachants qu'on se laisse emporte dans cette intrigue pétillante et cette romance toute rose. Tolérance et préjugés sont les maitres mots de Campus Confidential. Je recommande !

     

    Et puis, j'ai regardé Penny Pinchers (film coréen) à cause du casting alléchant qu'il offrait. Malheureusement j'ai été un peu déçue de ce que j'y ait trouvé et le film n'a décroché "qu'un" 7/10. Je me suis pas mal ennuyée durant la première moitié parce qu'il... ne se passait pas grand chose. Heureusement, la seconde moitié est devenue plus sympa et notamment parce que les personnages sont devenus plus attachants et la romance commençait enfin à pointer le bout de son nez. A voir tout de même.

     

    J'ai en revanche vraiment adoré Love Sick (film taïwanais). Seconde comédie romantique taïwanaise de mon été, on passe un bon moment et on s'amuse de cette fille qui ne veut surtout pas tomber amoureuse et qui tente de ruiner par tous les moyens l'image de ce trop parfait médecin. Un bon divertissement comme on les aime !

     

    Cependant, The Man From Nowhere (film coréen) est sans doute le film qui m'aura le plus marqué de ce mois d'aout 2016. J'ai en effet tellement aimé qu'il a obtenu le sacre tant convoité de coup de cœur. Une histoire qui ressemble très fortement au film Léon (pour ceux qui connaissent) et qui est parvenu à emporter mon pauvre petit cœur. Cette relation entre cet homme sorti de nulle part et cette petite fille m'a énormément touchée et sa volonté de la sauver à tout prix (elle a été kidnappée avec sa mère parce que celle-ci avait volé de la drogue à un gang) le transforme en un véritable chasseur impitoyable. Bain de sang, fusillade et ballets de couteaux seront au rendez-vous dans un film d'action qui fait palpiter notre cœur.

    A noter qu'on découvre les premiers pas de Kim Sae Ron (Mirror Of The Witch) alors qu'elle était à croquer ! Elle montre déjà un réel talent pour l'interprétation ! CHAPEAU !

    A VOIR D'URGENCE !!

     

    J'ai terminé le mois d'aout sur un court métrage : Awaiting (court métrage coréen). Cette petite merveille de 26 minutes nous transporte et nous fait frémir d'émotions. Un bijoux de réalisation et un scénario qui nous surprend jusqu'au bout. A regarder pour sa poésie et ce beau témoignage. On vous met entre les mains les pièces d'un puzzle qu'on vous laisse ressembler avec vos intuitions et c'est vraiment touchant.

     

     

    Bilan Films été 2016

    The Man From Nowhere

     

     

    Ouf, j'ai enfin pu terminer et mettre en ligne mon bilan films asiatiques de l'été 2016. Ça n'a pas été sans peine parce qu'avec tout le boulot de l'école, je n'avais pas eu le temps de le finaliser !

     

    J'espère qu'il vous a plu et... je vous retourne la question...

    Qu'avez vous regardé cet été ?

     

     


    14 commentaires
  •   

    Hwayi : Monster Boy (Film coréen)

     

    Mirror Of The Witch (drama coréen)

     

    Les informations de base sur le film… 

     

    Pays : Corée du Sud Date de sortie : 09/10/2013 Durée : 2h06

    Réalisateur : Jang Jun Hwan Compositeur / Musique : Mowg

    Thèmes : Crime - Vengeance Genres : Action - Drame - Thriller

     

      Les acteurs :

    Hwayi : Monster Boy (Film coréen)Hwayi : Monster Boy (Film coréen)Hwayi : Monster Boy (Film coréen)Hwayi : Monster Boy (Film coréen)

                                            Yeo Jin Gu               Kim Yun Seok         Jang Hyeon Seong       Cho Jin Woong

                                                Hwa Yi                      Seok Tae                     Jin Seong                        Gi Tae

     

    Kim Sung Kyun (Dong Beom) Park Hae Jun (Beom Su)

    Im Ji Eun (Yeong Ju) Jeong Yun Seok (Hwa Yi jeune)

    Kim Yeong Min (L'inspecteur Jeong Min) Lee Gyeong Yeong (Im Hyeong Taek)

    Lee You Mi (L'amie de Yu Gyeong) Mun Seong Geun (Le PDG Jin)

    Nam Ji Hyeon (Yu Gyeong) Seo Yeong Hwa (La femme de Im Hyeong Taek)

    Wu Jeong Guk (L'aveugle) Yoo Yeon Seok (Park Ji Won)

     

     

    Le synopsis :

     

    Hwa Yi est un jeune garçon qui s'est fait enlever très jeune par 5 voleurs.

     On le retrouve 8 ans plus tard, toujours en compagnie de ses ravisseurs. Ils l'ont élevé comme leur fils afin qu'il puisse devenir à son tour un puissant voleur, capable de tuer ceux qui entraveront son chemin. Ne connaissant qu'eux car ayant oublié son passé, Hwa Yi n'a pas d'autre choix que de s'adapter à cette vie.

     Mais quand Seok Tae lui demande pour la première fois d'assassiner quelqu'un, un certain Im Hyeong Taek, Hwa Yi se retrouve tiraillé entre sa découverte faite dans la maison et l'amour de ces "papas".

    Que va choisir le jeune garçon ?  

     

     

    Blue Spring Ride (J Film)

     

     

    Ugly Duckling : Perfect Match (Drama Thailandais)

     7,5/10

     

     

    Je devais vous poster aujourd'hui le bilan des films de mon été 2016 mais, croulant littéralement sous le boulot, je ne suis pas parvenue à me dégager ne serait-ce qu'une heure pour finaliser l'article :( Je vous publie donc un article film en attendant samedi prochain :) Les dramas me manquent, le blog me manquent, VOUS me manquez !

    Xoxo, Sam

     

     

    Hwayi : Monster Boy (Film coréen)

     

    Les commentaires sur Nautiljon étaient évocateurs de beaucoup de violences et ne cessaient de déclarer « âmes sensibles s’abstenir ». Vous savez donc tous ici que j’aurais du… m’abstenir. Au lieu de ça, tentée par l’histoire et Yeo Jin Gu en tête d’affiche, j’ai décidé de me lancer en me disant que je m’arrêterais si tout ça devenait trop violent pour moi. Mais, finalement, emportée par l’action, je me suis contentée de détourner les yeux lorsque je ne pouvais pas supporter les images...

     

    Hwayi : Monster Boy (Film coréen)   Hwayi : Monster Boy (Film coréen)

     

    L’Histoire

     

    De prime abord c’est donc le scénario qui me tentait. Je trouvais très originale cette histoire d’enfant kidnappé puis élevé par ses ravisseurs et j’en attendais beaucoup d’émotions. Je suis à demie satisfaite par ce que j’ai finalement découvert.

    C’est ainsi que, après avoir été kidnappé durant son enfance, un jeune garçon va s’éveiller et grandir parmi un groupe de truands. Entouré de violences depuis tout jeune, il se renferme dans le dessin pour trouver une échappatoire (dans lequel il excelle) et un exutoire. L’histoire commence à ses 17 ans, lorsqu’on plonge tête baissé dans sa vie et son univers…

     

    Je crois qu’on peut dire que Hwayi Monster Boy possède toutes les qualités et tous les excès du thriller d'action à la coréenne. A savoir de bonnes idées scénariques, de l’énergie mais beaucoup trop de violence. Tant et si bien, que j’avais l’impression que le film en devenait parfois pervers et malsain. Si j’admets tout à fait que ce genre de film engendre forcément de la violence (ne serait-ce que par son thème premier), je lui reproche en revanche d’en avoir fait tout un paquet et, à mes yeux, de perdre beaucoup de temps avec. Montrer pour montrer. En fait, toutes ces longues minutes consacrées à ce torrent d’hémoglobines auraient pu être consacré au développement des personnages, et notamment les personnalités des pères qui pèchent vraiment. Je trouve ça vraiment dommage de ne pas avoir eu suffisamment d’éléments affectifs avec les pères. Pour moi, on aurait du être tiraillé avec le héro entre cette famille des plus étranges et se débarrasser d’eux, mais je n’ai jamais vraiment réussi à m’impliquer émotionnellement (je n’ai même pas pleuré, c’est pour dire).

     

    Hwayi : Monster Boy (Film coréen)   Hwayi : Monster Boy (Film coréen)

     

    Les personnages

     

    Hwayi, interprété par l’exceptionnel Yeo Jin Gu m’a vraiment fait mal au cœur. Sa situation est quasiment désespérée et son enfance bercée par de la violence à n’en plus finir. Élevé par 5 papas plus ou moins attentionnés, je pense qu’il n’imagine pas que sa vie ait pu être autrement. Jusqu’à présent, ils aidaient ses papas durant leurs coups, mais toujours en restant en retrait (par exemple servir de diversion pour la police, ou ouvrir les portes des maisons). Très intelligent, il apprend vite et se montre très bon au tir (mon dieu la scène avec la tête de sanglier m’a écœurée, je n’ai pas réussi à la regarder). Cet univers lui convient assez bien jusqu’à ce qu’on le pousse au meurtre, et d’ailleurs j’en veux énormément à Seok Tae d’avoir fait ce choix pour une enfant qu’il considérait soi disant comme son fils. BREF j’en parle après. Là… tout bascule. Il découvre alors la vérité sur son arrivé dans cette famille de truands et on assiste alors à un retournement de situation totale qui m’a étrangement fait pensé à Frankenstein : le monstre qu’ils avaient façonné se retourne alors contre eux. Mais je ne vous en dis pas plus.

    J’en veux énormément au personnage de Seok Tae parce qu’il n’avait pas à faire les choix qu’il a fait. D’une certaine manière j’arrive à entendre (et non comprendre) qu’il ait peur que son fils adoptif ne soit pas comme lui, ce qui lui renvoi en pleine face sa propre laideur (et lorsqu’on sait en plus l’histoire avec le père de Hwayi, d’autres choses s’éclairent), mais il n’aurait pas du pousser ainsi une personne qu’il est censé aimé à commettre un acte qui le fait souffrir (et le pire c’est que je suis persuadée qu’il l’aime vraiment parce que beaucoup de ses actions le démontre, c’est juste que son amour est malsain et pervers). Bref ce personnage m’a un peu fait tourner en bourrique : lorsque j’avais un moment d’empathie envers lui (faiblesse quand tu nous tiens), juste après il me rappelait à quel point il était pourri et je le haïssais de nouveau. Rien que sa façon de traiter sa femme était abominable et m’a beaucoup choquée. Bref, on peut reconnaitre à l’acteur un sacré talent parce qu’il était carrément bluffant du début à la fin.

    Je voulais également parler un peu du seul papa que je n’ai jamais détesté et auquel j’ai presque réussi à m’attacher (et je crois bien qu’on ne le voit commettre aucune vraie mauvaise action) : Gi Tae. Le plus doux de nos compères, c’est lui qui a appris à conduire à Hwayi (et les cours ont plutôt été bons semble-t-il) et pour moi il s’apparentait à un papa poule dans sa façon de s’en occuper.

    Le troisième et dernier papa dont j’ai envie de parler (le reste ne comporte que des monstres en puissance, spécialement Dong Beom qui me faisait carrément peur) c’est Jin Seong qui voulait à tout prix envoyer Hwayi loin d’ici pour le soustraire à toute cette violence. Malheureusement, il n’a jamais été assez ferme face à Seok Tae et je ne lui reprocherais jamais assez. D’ailleurs, concernant sa ATTENTION SPOIL je ne sais toujours pas si c’est Hwayi qui a tué où s’il a lui même appuyé sur la gâchette FIN DU SPOIL.

     

    Hwayi : Monster Boy (Film coréen)   Hwayi : Monster Boy (Film coréen)

     

    Fin & Conclusions

     

     

    Malgré les défauts que j’ai pu énoncer plus haut, Hwayi : Monster Boy est INCONTESTABLEMENT un bon divertissement que j’ai enchainé d’une traite avec avidité. Des scènes d’action spectaculaires, un cadrage parfait et beaucoup d’énergie font de ce film une œuvre qui se regarde avec beaucoup de fluidité.

    J’avoue que je ne m’attendais pas trop à cette fin dans le sens où ATTENTION SPOIL finalement Hwayi ne meurt pas et on a un semblant de happy end, notamment avec sa mère se substitution qui se sort enfin de tout ça et lui qui semble continuer à vivre. Cette fin est possible grâce à la mort du flic (qui avait tout découvert puisque personne d’autre n’était au courant de son existence parmi le groupe de truands) et à la mort de Seok Tae, que je suis bien contente que son fils ait eu le courage d’abattre. FIN DU SPOIL.

     

    Un film que je recommande pour le moment survitaminé qu’il nous propose et pour son panel d’acteurs exceptionnels. A voir au moins une fois !

     

    PS : Attention à ne pas manquer la dernière scène du film, à la toute fin du générique

     

     

    Hwayi : Monster Boy (Film coréen)

     Hwayi : Monster Boy (Film coréen)

     

     

    Hwayi : Monster Boy DDL VOSTFR

    SWA fansub (film complet)

     

    Tu as vu ce film ?

    Tu l’as aimé ?

     

    Hwayi : Monster Boy (Film coréen)

     


    15 commentaires
  •  

     

     

    Bilan Dramas

    Juillet/Août 2016

     

     

    Bilan dramas été 2016

    Lucky Romance

     

    J'ai trouvé intéressant de faire un bilan pour ces deux mois d'été qui viennent juste de se terminer de la même manière que je l'avais fait pour la période de janvier à juin :) Et puis, comme à la rentrée je risque de ne pas regarder grand chose, je voulais séparer mon été des mois à venir !

     

     Bref, let's Go pour le récapitulatif dramas de juillet & Aout 2016 !

     

     

     

    JUILLET 2016

     De ton été tu profiteras...

     

    Bilan dramas été 2016

     

    Pour bien commencer l'été, j'ai voulu continuer la série des Ugly Duckling comme Perfect Match m'avait tellement plu qu'il avait été sacré coup de cœur en juin. J'ai donc commencé Pity Girl (drama thailandais) pleine d'espoirs. Malheureusement, mes attentes ont été lourdement piétinées par un premier épisode largement décevant, et tout ça à cause d'une héroïne grotesque (plus niaise et idiote tu meurs) et d'un triangle amoureux que je sentais vraiment mal. J'ai donc pris la sage décision de ne pas regarder les autres épisodes. Le pilote m'a suffit.  

     

    Inspirée, j'ai ensuite enchainé avec un drama que j'ai hésité à sacrer "coup de coeur" tellement il m'a séduite par sa tendresse et ses personnages tous plus attachants les uns que les autres : One More Happy Ending (drama coréen). On suit les aventures amoureuses de quatre amies bien différentes qui forment une équipe de choc. Mi Mo, l'héroïne principale m'a beaucoup plu et j'ai adoré assister à son triangle amoureux. Une comédie romantique comme je les aime qui sait doser l'humour et la guimauve tout en restant dynamique du début à la fin. Avec One More Happy Ending, impossible de s'ennuyer.

     

    Et puis vient le drama que j'avais attendu avec impatience : Mirror Of The Witch (drama coréen), et notamment grâce à l'enthousiasme de World-Of-Drama-Passion. Les premiers épisodes étaient palpitants et d'une originalité à couper le souffle. De la sorcellerie, des maléfices, des effets spéciaux réussis et des acteurs charismatiques, quoi demander de plus pour faire un bon drama ? Le soucis c'est que mon engouement devant cette petite merveille à finit par s’amenuiser jusqu'à s'éteindre presque totalement dans son dernier tiers. J'allais voir les épisodes à reculons parce que, notre chère scénariste nous avait pondu des répétitions lassantes entrainant longueurs et ennuies. Et c'est dommage parce que Mirror Of The Witch comportait suffisamment d'ingrédients croustillants pour faire partis de mes favoris.

     

    Pour continuer dans les déception, j'ai regardé School Beauty's Bodyguard (drama taïwanais) que je n'ai même pas pris la peine de terminer tant l'ambiance et le ridicule ne me convenait pas. J'avoue m'être attendue à un héro sexy et charismatique et à une héroïne tout aussi chouette, et je me suis retrouvé face à un héro totalement tourné en dérision (ça peut parfois avoir du bon... sauf lorsque ça retire tout crédit et intérêt) et un lead féminin horripilant de bêtise. Bref, au bout de quatre épisodes, j'ai pris mes jambes à mon cou et je me suis enfuie biiien loin pour aller retrouver une petite perle... le drama suivant.

     

    Someday, When I Will Recall This Love I Will Cry (drama japonais) n'était PAS du tout un drama qui me faisait envie. Comme la Dubu Fansub l'avait traduit, je l'avais tout de même téléchargé au fur et à mesure, mais sans vraiment m'y intéresser. Et puis un soir, je ne sais pas pourquoi, j'ai passé le pas. J'y ai découvert des personnages attachants et une histoire qui, si elle n'est pas vraiment originale, a eu le mérite de me toucher. L’héroïne vit une vie difficile et douloureuse depuis que sa mère est morte et qu'elle est partie vivre chez son oncle qui ne l'aime guère... En rencontrant notre héro, elle va enfin trouver un moyen d'échapper à cette vie et commence un nouveau départ à Tokyo...

    Un drama tout en sensibilité avec une touche de poésie et beaucoup de chaleur malgré des personnages seuls et en manque d'affection.

     

     Web dramas

     

    Mon premier web drama de l'été a été le brillant After School Bokbulbok (web drama coréen). On  découvre une bande de copains déjantés qui, chaque soir après les cours, se retrouve dans le Club des défis, un club où l'on doit piocher au hasard une mission à remplir. Ça va du pet enflammé, en passant par réaliser un film ou survivre sur une ile déserte. Le premier épisode décoiffe, on se demande un peu dans quoi on est tombé, mais très vite, tout comme l’héroïne mystérieusement invitée à rejoindre le club, on s'attache aux personnages et on finit par rire bêtement de leur facéties. Qu'est-ce que j'ai pu me marrer. C'est mon petit coup de cœur du mois de juillet et je le recommande vraiment pour passer un super moment !

    J'ai ensuite enchainée avec Romance Blue (web drama coréen) qui, comme son nom l'indique va nous parler d'amour. Nos deux héros gagnent tous les deux leurs vies grâce au cœur des gens : elle écrit des lettres d'amour, lui offre des rendez-vous. Lorsqu'ils vont se rencontrer... des étincelles vont jaillir. Mignon, frais et très tendre, je recommande :)

     

     

     

    AOUT 2016

     Des dramas sortis en 2016 tu regarderas...

     

    Bilan dramas été 2016

     

    J'ai ouvert mon mois d'aout avec Ugly Duckling Don't (drama thaïlandais). Et oui, encore un Ugly Duckling pour le mois d'aout, mais c'est normal : je comptais en voir un par mois. Pour septembre je regarderais le dernier opus : Boys Paradize. Une fois de plus... j'ai adoré ! L'histoire aborde des sujets un peu plus durs que le premier opus (on voit tout de même l’héroïne se faire violemment bizuter) mais garde un humour délirant et rafraichissant. Si je n'ai pas de coup de cœur comme pour P'Suea de Perfect Match, les deux prétendants me plaisaient beaucoup !

     

    Je me suis, dès le début du mois d'aout lancé dans Cheese In The trap (drama coréen) et ce, en parti grâce au web drama After School Bokbulbok : je voulais revoir Seo Kang Jun sur mon petit écran. Son personnage m'avait beaucoup plu et je dois avouer ne pas avoir été insensible à son charme (à noter d'ailleurs qu'il est aussi beau en gars qu'en fille... troublant !). Bref, je me suis donc lancée dans THE DRAMA, celui qui avait fait tant de bruit en début d'année et que je n'avais toujours pas vu. J'y ai découvert une ambiance particulière (qui fait tout le charme du drama) et des personnages plus attachants les uns que les autres. Et puis... j'ai succombé au "second lead syndrome" à savoir que je suis totalement tombée amoureuse de Baek In Ho...

     

    J'ai également regardé Remember (drama coréen) pour son casting et son synopsis très attirants. Ce fut malheureusement plutôt une déception dans le sens où je me suis pas mal ennuyée. Il y avait de très bonnes idées, mais la seconde partie du drama tire en longueurs. Le héro fait un pas en avant, puis deux en arrière sans arrêt. Alors certes, il ne fallait pas qu'il puisse vaincre les méchants trop facilement, mais 16 épisodes auraient largement suffit et aurait certainement donné beaucoup plus de qualité au drama. C'est dommage, mais c'est comme ça.

     

    Madame Antoine (drama coréen) est ma deuxième déception d'aout, et pas des moindre. Je ne voulais le voir que pour l'actrice en tête d'affiche que j'apprécie beaucoup, et, si les premiers épisodes m'ont vraiment emballé, l’enthousiasme est très vite retombé puisque je me trouvais finalement devant un mauvais drama. Alors oui, il y a avait eu des critiques négatives, mais vous me connaissez, lorsque je suis déterminée je fonce tête baissée sans écouter personne. Pour une fois, je regrette un peu parce que je me suis ennuyée fermement et énervée devant mon écran. Au fils des épisodes, l’héroïne qui m'avait au début charmée pour son intelligence et son caractère s'est finalement transformée en marionnette dans les mains d'un héro auquel je ne suis jamais parvenue à m'attacher. Le drama tournait en rond. JE NE CONSEILLE PAS.

     

    Lucky Romance (drama coréen)... Et bien je ne l'ai pas encore terminé. J'avoue avoir été un peu gourmande avec tous mes visionnages et je le terminerais en septembre, dès que j'aurais un petit moment (EDIT : Maintenant que je vois tout le boulot que j'ai, je ne sais pas comment je vais faire pour le continuer ToT). En tout cas, pour l'instant, le drama me plait. J'aime énormément l'actrice principale (et c'était ma motivation principale pour me lancer) et son personnage me plait également. L'histoire me semble à la fois originale (de part les croyances de l’héroïne) et banale (elle suit une ligne directrice familière) et me séduit beaucoup. A voir pour la suite, mais je sais que Park Léna a beaucoup aimé !

     

    Et puis, parce que je voulais une autre touche de Thaïlande et revoir mon acteur coup de coeur de cette année : Puttichai put, je me suis lancée dans U Prince : The Handsome Cowboy (drama thailandais). Comme c'était un drama de 2016, il rentrait parfaitement dans mes objectifs d'aout et le synopsis me faisait énormément envie même s'il ne promettait pas forcément beaucoup d'originalité (si ce n'est que ça se passait dans une ferme avec un cowboy thaïlandais !!). Malheureusement, tout comme Lucky Romance, je n'ai pas pu le terminer et n'ai regardé qu'un seul épisode (et la moitié du deuxième)... J'espère trouver du temps !

     

    Pour clore le mois d'aout, et comme je me l'étais promis dans mon journal de visionnage, dès que j'ai eu fini Cheese In The Trap, je me suis lancée dans Doctors (drama coréen). C'était le grand retour en 2016 de ma petite Park Shin Hye et, étant une de mes actrices favorites, sa simple présence suffisait à me motiver pour visionner ce nouveau drama. Doctors est incontestablement l'un des meilleurs dramas de 2016. Des personnages attachants et intéressants, un scénario qui nous fait pleurer et rire tour à tour et qui dégage beaucoup de force de persuasion. Je n'ai pas pu regarder les trois derniers épisodes comme je devais le faire parce que j'ai eu un imprévu, mais j'espère vite le boucler pour publier un avis final... très bon :)

     

     Web dramas

     

    Mon seul web drama d'aout a été Tomorrow Boy (web drama coréen), et il n'a vraiment rien de sensationnel. Cette petite ébauche de romance était mignonne et, bien qu'elle reste clichée et n'apporte rien de nouveau au petit monde superficiel des webs dramas, Ca se regarde facilement. A cause de sa durée plutôt courte,je vous encourage à vous lancer s'il vous fait envie.

     

    Bilan dramas été 2016

    Cheese In The Trap

     

    Voilà pour ce bilan de mon été 2016. Comme je vous l'avais annoncé la semaine dernière, je vous donne quelques nouvelles de... moi et de ma rentrée scolaire tant attendue.

     

    Le plus étrange c'est que, alors que je me reconnecte pour la première fois sur le blog et twitter, j'ai l'impression que ça fait au moins un mois que j'ai quitté Dramaland. C'est incroyable le dépaysement dans lequel j'ai plongé cette semaine. J'ai découvert tout un tas de matières plus intéressantes que les autres qui vont me permettre d'apprendre toujours plus et de me perfectionner dans de nombreux domaines. Le travail personnel est déjà énorme (j'avoue que je ne pensais pas en avoir autant dès la première semaine) tant et si bien que, pour me donner toutes les chances et ne pas prendre de retard, dès que je rentre je me mets au boulot. Les vieilles habitudes (allumer l'ordinateur immédiatement et me connecter au blog et à twitter) me semblent si loin tout à coup... J'avoue que les dramas me manquent déjà, que VOUS me manquez déjà, mais je ne dois RIEN lâcher.

    Si j'ai un peu de temps ce weekend, j'essayerais de regarder quelque chose. :) En attendant, je vous dit à la semaine prochaine pour le bilan des films de mon été 2016 !!

     

    Xoxo, Sam

     

     

     

     


    12 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires