•  

    A Taxi Driver (film coréen)

    Train to Busan (film coréen)

    Taeksi Unjeonsa / 택시 운전사 

     

     

    Corée du Sud ★ Août 2017  2h17  15 ans et + (violence)

    Jang Hun (réalisateur)  Action - Drame - Faits réels

     

     Stay (mini drama thailandais)

    Song Kang Ho (Kim Man Seob) Thomas Kretschmann (Peter)

    Yu Hae Jin (Hwang Tae Sul) Ryu Jun Yeol (Gu Jae Sik)

    Cha Sun Bae (Le chauffeur Cha) Choi Gwi Hwa (L'homme en uniforme)

    Eom Tae Gu (Le sergent Park) Joey Albright (David John, journaliste de la BBC)

    Lee Bong Ryeong (La femme enceinte) Lee Ho Cheol (Hong Yong Pyo) 

    Lee Jeong Eun (La femme de Hwang Tae Sul) Lee Yong Yi (La mère de Hong Yong Pyo)

    Park Hyeok Gwon (Le journaliste Choi) Shin Dam Su (Le chauffeur Shin) Yu Eun Mi (Kim Eun Jeong)

     

     Stay (mini drama thailandais)

     

    Kim Man Seob est un chauffeur de taxi veuf qui vit avec sa fille de onze ans. C'est un homme normal de la classe ouvrière qui se soucie uniquement des moyens de subsistance de sa famille et n'est pas intéressé par les problèmes politiques.

     

    Kim Man Seob va, par hasard, se retrouver impliqué dans une déclaration de journalistes allemands, parmi lesquels se trouve Peter, sur les événements du mouvement de démocratisation de Gwangju. Il va alors se retrouver bien involontairement à couvrir l'insurrection de Gwangju.

     

     

     Stay (mini drama thailandais)

     

     9/10

     

    Propagande, tyrannie et héroïsme.

     

     

     

     

    C’est amusant, parce que plus je m’intéresse au cinéma coréen, plus je m’enfonce dans le visionnage de films que je n’aurais jamais été tentée de regarder il y a encore un an. Peut-être qu’on appelle ça la maturité cette curiosité me poussant à sortir de mes zones de confort et de mes sentiers battus. Je continue donc dans ma lancée avec l’excellent A Taxi Driver, sorti l’année dernière et dont je n’avais pas spécialement entendu parler (sans doute par inintérêt) mais l’affiche avec ce souriant visage benêt m’avait en quelques sortes laissé une bonne impression. C’est en la recroisant que je me suis lancée dans la rapide lecture du synopsis qui a eu, à mon sens l’habilité de ne pas trop en dévoiler et m’a laissé toute la surprise et le désarroi. Parce que, bien que la première partie du film puisse sembler assez légère avec cette rencontre entre ces deux inconnus qui ne parlent pas la même langue, il bascule assez vite dans une réalité à la discrétion meurtrière

     

    A Taxi Driver (film coréen)

    Bref, de quoi le film nous parle ? Il nous plonge dans les années 80, en Corée du Sud, dans la vie banale et monotone d’un chauffeur de taxi qui tente de gagner sa vie pour permettre à sa fille adorée de mener une vie la plus convenable possible. Un jour, alors qu’il a besoin d’argent il entend par hasard qu’un étranger offre de payer une course pour une petite fortune et, appâté par le gain, notre héros fonce tête baissée sans vraiment savoir ce qui l’attend. Entre ces deux là, naît alors une relation cordiale forcée où les deux ne s’apprécient guère en plus de ne pas se comprendre. Cependant, ce que notre bon vieux chauffeur de taxi va découvrir à Gwangji va changer à jamais sa vie et sa manière de voir les choses.

    Je dois avouer que j’ai moi-même versé des larmes à plusieurs reprises face à cette SPOIL répression sanglante, injuste et tyrannique. Dire que je ne connais pas l’histoire de la Corée du Sud est un euphémisme, mais cet événement restera vraiment marquant pour moi tant j’ai été choqué de voir tout ça tout en sachant que c’est tiré de faits réels et que donc, tous ces gens ont été assassinés. Voir l’armée pointer ainsi ses canons sur la population sans défense luttant de manière pacifique /SPOIL m’a vraiment brisé le cœur et je me suis surprise à beugler d’effroi devant mon pc « nan mais c’est pas possible !! C’est pas vrai !! MAIS POURQUOI ?! ».

    Je trouve que le film est très habile dans ce qu’il nous montre et choisi de ne pas nous montrer… les coréens me surprendront toujours pour ce talent et leurs réalisations.

     

    A Taxi Driver (film coréen)

    Le film remet implicitement en question les médias et leur propagande et j’avoue que personnellement, j’ai appris à prendre avec des pincettes tout ce qu'ils veulent bien nous dire. Dissimulation, modification ou encore détournement, on ne peut pas vraiment dire que notre télévision, notre radio ou nos journaux sont impartiaux et sincères. Alors oui, nous ne sommes pas dans le cas extrême du film (et heureusement), mais lorsqu’on voit ce que l’on peut faire à « petite échelle », je vous laisse imaginer et méditer sur ce que l’on pourrait bien nous cacher. Je ferme cette petite parenthèse qui fout la merde.

     

    Concernant les personnages, j’ai beaucoup apprécié découvrir la personnalité de notre fameux chauffeur de taxi qui n’est pas intéressé par grand chose dans la vie si ce n’est sa fille, sa voiture qu’il pomponne et préserve avec soin (en même temps… qu’est un chauffeur de taxi sans son véhicule ?) et l’argent. Citoyen ordinaire et banal on s’attache presque immédiatement à lui parce qu’il pourrait être notre voisin, une connaissance, notre ami, notre famille… On apprécie son caractère et sa naïveté et j’ai été ravie de pouvoir également admirer SPOIL son courage. Lorsqu’il repart pour Seoul en pleurant, ce n’est pas pour sauver sa peau… c’est pour sauver la peau du père de sa fille… alors lorsqu’il décide de faire passer son enfant chérie après le bien des habitants de Gwangji et décide d’y retourner… je pleurais avec lui. Vraiment… Il accepte de laisser ce qu’il a de plus cher pour aller au secours des autres et ça c’est beau, il faut avoir un courage immense. /SPOIL Et bien sur, notre reporter n’est pas non plus un personnage qui aurait à rougir parce qu’il mettra sa vie en jeu pour tenter de montrer ces images atroces au monde, pour tenter de sauver tous ces gens. J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié la bromance qui finit par naître entre eux, alors qu’ils se battent ensemble pour autrui. Cette amitié internationale où les deux individus arrivent à peine à se comprendre par le langage, est renforcée par ce qui est silencieux, ce qui vient du cœur et des gestes. Franchement j’étais touchée SPOIL et très triste de savoir qu'ils ne se seront jamais retrouvés ; le message du vrai Peter à la fin du film m'a vraiment bouleversée.../SPOIL.

     

    A Taxi Driver (film coréen)

    Je n’ose pas vous en dire d’avantage parce que j’aimerais que comme moi… vous puissiez vous prendre une claque magistrale, et vous insurger dans votre canapé, que vous preniez en pleine tronche toutes ces émotions. Croyez moi, en commençant A Taxi Driver, non seulement vous en apprendrez un peu plus sur le passé de la Corée du Sud, mais vous découvrirez aussi une histoire vraie touchante, des héros ordinaires qui méritent qu’on se souvienne d’eux et réfléchirez à la chance que nous avons de vivre dans un pays démocratique en « paix » (je ne lancerai pas le débat sur le terrorisme). J’espère vous avoir convaincu et… bon film !

     

     

     

     

    Xoxo, Sam

     

    Tu connais ? Tu as aimé ?

     


    5 commentaires
  •  

    KDFA - Omo...

     

    Ce soir j'ai un mystérieux projet à vous présenter pour vous souhaiter la bonne année. Pour tourner la page de 2017, je vous chuchote que de petites mains ont travaillé très dur pour vous concocter une surprise à la hauteur de cette année riche en visionnage, en découverte, émotions et sensations. Une collaboration a ainsi été crée pour vous imaginer un grand projet : KDFA. Votre curiosité est piquée ? Tant mieux, vous aurez bientôt le fin mot de toute cette histoire. Mais pour l'heure, nous aimerions vous compter une petite histoire... Saurez vous lire les titres dramatesques qui s'y sont glissés ? 

     

     

     

    Janvier 2018. L’hiver s’est abattu sur la ville de Séoul, recouvrant les toits de la métropole de son manteau blanc. Il est 20 heures et malgré l’air glacé, la foule se presse dans les rues du quartier de Hongdae, déambulant entre les boutiques et les restaurants. Les étudiants s’amassent déjà autour des musiciens de rue, cependant que les conversations animées raisonnent autour des barbecues.

    Eun Tak, Bong Soon, Hong Joo et Ji Ho, quatre amies de longue date, se retrouvent autour d’un bulgogi pour fêter la nouvelle année. Tandis que Hong Joo se concocte une nouvelle bouchée, empilant la viande grillée, le riz et le kimchi dans une feuille de salade, Ji Ho remplit le verre de Bong Soon d’une bonne dose de soju. Eun Tak, elle, ne cesse de repenser à la découverte qui a marqué sa dernière promenade dans le parc de la tour Namsan. Elle hésite à en parler à ses amies, de peur de se tourner en ridicule. Un verre de soju plus tard, elle décide de se lancer.

    « L’autre jour, au cours d’une randonnée avec mes collègues, j’ai trouvé une lettre au pied d’un arbre, une lettre romantique, déclare-t-elle.

    – Arrête, c’est tellement cliché, on se croirait dans un drama, proteste Bong Soon.

    – C’est une noona romance, au moins ? demande Hong Joo.

    – Est-ce qu’il y a une scène de douche avec le personnage masculin ? » questionne Ji Ho avec un mélange de curiosité et d’amusement.

    Éclat de rire général. Un large sourire se dessine sur le visage d’Eun Tak, soudainement très détendue, cependant que les autres clients jettent à la dérobée des regards étonnés sur cette assemblée de jeunes femmes jusqu’alors calmes et polies.

    « En fait, je ne sais pas trop quoi penser. Je n’aurais peut-être pas dû ouvrir la lettre. Après tout, elle ne m’est pas destinée. Je n’ai pas pu m’empêcher de la lire, et je l’avoue, je l’ai trouvée très romantique. Je pense qu’il s’agit d’une énigme. Il semblerait que l’auteur de la lettre, un certain M. Kim, cherche à communiquer une liste secrète. »

     

    “[...] Cependant, malgré le bonheur présent, je reste sur mes gardes, car ce monde a beau être recouvert de trésors, je connais désormais la noirceur qui se tapit ci et là. Cela ne m’empêchera pas de vivre, cela dit. Rien n’est tout blanc ou tout noir. Le bien et le mal sont piégés dans un même cercle, agissant comme deux mondes connectés plus que quiconque n’oserait l’imaginer… Pour aujourd’hui, et à jamais je l’espère, j’évolue dans le bien et la lumière avec toi à mes côtés.

    Cependant, une question taquine encore mon esprit : as-tu trouvé la liste? As-tu résolu l’énigme de mon coeur?”

     

    Découvrez la partie précédente de la lettre sur le blog Dramaic.

    Pour revenir au début de la lettre, rendez-vous sur le blog TocAsiaTic :) 

     

    « Alors, les filles, qu’en pensez-vous ? demanda Eun Tak. N’est-ce pas une lettre romantique ? Cela dit, les indices ne me disent rien du tout…

    – Aucune idée, je ne comprends rien à ce charabia, enchérit Bong Soon. Un mystère, que c’est excitant ! »

     

     

     

    Alors, avez-vous relevé les 19 indices que nous avons semés dans cette lettre mystère ? Si ce n’est pas le cas, n’ayez crainte ! Nous vous donnons rendez-vous demain sur la page KDFA pour vous donner les solutions et vous présenter les KDFA ! Pour ceux qui ont trouvé les solutions, saurez-vous deviner ce que nous vous avons préparé ?

     

     

    - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

     

     

    Retrouvez tous les blogs participant

    à ce mystérieux projet ici : 

     

    TocAsiaTic - LumièreStellarSistersYuukiMilady's StuffDrama-tique SilveK. OWLSAngel ChroniclesJustUnDramaBusanBlueLa SentinelleDramaic

     

     


    1 commentaire
  • A Reason to Live (film coréen)

     

    Train to Busan (film coréen) 

    Oneul 오늘

     

     

    Corée du Sud ★ Octobre 2011 ★ 1h59

    Lee Jeong Hyang (réalisateur)  Lee Jeong Hyang (scénariste)  Drame

     

     Stay (mini drama thailandais)

    Song Hye Kyo (Da Hye) Nam Ji Hyeon (Ji Min)

    Choi Wu Sik (Kim Tae Ho) Gi Tae Yeong (Sang Wu) Jeong Yeong Gi (Un suspect de la police)

    Jin Gyeong (actrice) (La soeur de Sang Wu) Kim Ji Yeong (2005) (Da Hye, enfant) Kim Su An (L'enfant à l'église)

    Park Hye Jin (actrice) (La mère de Ji Min) Seon Wuk Hyeon (Un enquêteur) Song Chang Eui (Ji Seok)

     

     Stay (mini drama thailandais)

    Da Hye et Sang Wu forment un beau couple depuis une dizaine d'années. Cependant, la veille de l'anniversaire de Da Hye, Sang Wu se fait renverser par un jeune en moto et succombe à l'accident.

     

     Un an s'est écoulé et Da Hye, forte de sa foi, milite aux côtés de son Eglise contre la peine de mort. Elle a même accordé le pardon au meurtrier de son fiancé. Afin de donner le courage aux familles de victimes comme elle de pardonner aux meurtriers, elle tourne un documentaire et rassemble ainsi des témoignages de victimes ayant réussi à pardonner et éviter la sanction finale à ces criminels.

     

     

     Stay (mini drama thailandais)

     

     7/10

     

    Doit on tout pardonner ? Vous avez 2 heures.

     

     

    A la fin de ce film je ne sais pas trop quoi penser. Bizarrement, coté divertissement pur et dur il n’est pas vraiment une réelle réussite… Il m’a semblé vraiment long et finalement… il ne se passe pas grand-chose, je dirais même que rien n’est résolu et que nous n’avons pas de réelle réponse. Alors de toute manière avec le sujet abordé, il aurait été difficile d’en avoir une me direz vous… mais peut-être que j’attendais d’avantage de la suite pour les personnages. Le film prend fin en nous laissant là, avec toute cette douleur, tous ces questionnements et une humeur plutôt déprimante.

     

    A Reason to Live (film coréen)

    A Reason To Live est un film qui m’avait été conseillé à plusieurs reprises et dont j’attendais du coup énormément (tout en repoussant son visionnage parce que les films tristes… faut pouvoir les encaisser quand même) et j’avoue avoir été plutôt déçue. Alors pas déçue dans le message et le fond de tout ça, plutôt par la forme : je m’attendais peut-être à être d’avantage prise avec les événements et… alors que les deux actrices étaient justes dans leur jeu, elles ne m’ont jamais tiré une larme. Je crois plutôt que tout ça me renvoyait à mon propre questionnement sur la manière dont je réagirais. Je ne suis pas quelqu’un de rancunier dans la vraie vie et j’ai plutôt tendance à pardonner facilement (sans pour autant oublier) mais il est vrai que je ne pourrais certainement pas en dire autant à la place de l’héroïne.

    Que lui est-il arrivé me direz-vous ? Son fiancé s’est fait SPOIL renversé par un jeune en scooter… qui aura roulé deux fois sur lui. /SPOIL et elle décide de le pardonner. Personnellement je ne pense pas qu’une telle chose puisse être possible dans mon cas. Si on tuait quelqu’un que j’aime je ne pourrais sans doute jamais passer outre, même avec toutes les excuses du monde. J’étais donc en quelques sortes SPOIL étonnée que notre héroïne puisse le faire, mais bien « soulagée » de découvrir que ce n’était en fait qu’une façade, qu’elle avait tenté de se forcer elle-même à le faire, peut-être sous la pression des autres /SPOIL qui attendent de nous miséricorde et bonnes actions. J'ai beaucoup apprécié suivre le combat intérieur de Da Hye qui voudrait désespérément faire le bon choix. Finalement... Faut-il tout  pardonner… et pourquoi ? Si l'on en suit la religion chrétienne très (trop) présente dans le film... sans doute que oui. 

    La réflexion concernant notre système judiciaire où « les lois sont bizarres… pourquoi les autres punissent et pardonnent pour [nous] ? » sont également très intéressantes et le débat de la peine de mort (toujours d’actualité en Corée) est remis sur le tapis, comme pour nous faire nous interroger encore et encore sur le célèbre proverbe « œil pour œil dent pour dent ». De même… devons nous redonner leur liberté à ces gens qui ont commis des crimes et risquent de récidiver ? Doit on tous avoir une seconde chance ? Autant de questions qui animent celle qui s’est proclamée Justice jour après jour.

     

    A coté de ça, nous avons une jeune fille qui se fait battre par son père sans que personne n’agisse pour l’aider et je dois avouer que le comportement de tout ce petit monde et leur aveuglement passif pour la gravité de la situation me sidérait. Je ne comprenais pas pourquoi notre héroïne, qui est une adulte après tout, n’intervenait pas et restait impassible devant les nombreux appels au secours de Ji Min. Je sais bien qu’en Corée se qui se passe dans la famille reste dans la famille mais il y a des limites à ce que l’on peut entendre et supporter. La situation me rendait complètement dingue. Je me demande d’ailleurs ce qui lui arrive au final puisque le film, là encore, reste vraiment très (trop) vague.

     

    Pour continuer dans les thématiques à nous faire déprimer toute une soirée, le suicide est lui aussi abordé avec A Reason to Live qui, en quelques sortes dépeint le désespoir de ces personnages qui voudraient tellement avoir une raison de continuer d'avancer malgré leur souffrance, malgré l'injustice de leur situation, malgré le déroulement de leur vie sur lequel ils n'ont aucune prise. 

      

    A Reason to Live (film coréen)

    Je conseillerai A Reason to Live pour toutes les questions de société qu’il soulève, pour les messages qu’il a à transmettre, pour les pistes de réflexion qu’il nous propose et pour l'interprétation de Song Hye Kyo (toujours aussi incroyable). Cependant, si vous cherchez un divertissement pour vous faire oublier tout le reste, je pense que vous devriez passer votre chemin… personnellement je n’ai pas été aspiré par le scénario.  

     

     

     

    Xoxo, Sam

     

    Tu connais ? Tu as aimé ?

     


    3 commentaires