•  

     

    Parasyte (film japonais)

    Train to Busan (film coréen)

    Kiseijuu / 寄生獣

     

    Japon ★ 29/11/2014  1h49  12 ans et +

    Iwaaki Hitoshi (auteur original) ★ Yamazaki Takashi (réalisateur live)

    Kosawa Ryota et Yamazaki Takashi (scénaristes)  Sato Naoki (compositeur)

    Producteurs :  Abe Shuji, Kawamura Genki, Moriya Keiichiro, Okuda Seiji (producteur)

    Drame - Science-fiction

    Stay (mini drama thailandais) 

    Sometani Shota (Izumi Shinichi) Fukatsu Eri (Tamiya Ryoko)

    Abe Sadao (Miggy) Hashimoto Ai (Murano Satomi)

     

    Asano Tadanobu (Goto) Higashide Masahiro (Shimada Hideo) Ikeuchi Mansaku (A)

    Iwai Hideto (Kusano) Kishima Roy (Un témoin) Kitamura Kazuki (Hirokawa Takeshi) Kunimura Jun (Hirama)

    Okuno Eita (Vendeur du combini) Omori Nao (Kuramori) Toyohara Kosuke (Yamagishi)

    Yamanaka Takashi (Tsuji) Yamaya Kasumi (Yuko) Yo Kimiko (Izumi Nobuko)

     

    Stay (mini drama thailandais) 

    La Terre est envahie par d'étranges créatures qui parasitent le cerveau des humains pour les transformer en monstres cannibales. Izumi Shinichi, jeune lycéen qui vit seul avec sa mère, est victime d'un de ces parasites mais il a réussi à le circonscrire à sa main droite.

     

     Grâce à son nouvel "ami" Miggy, Shinichi va prendre conscience de la gravité de la situation et découvrir que les parasites commencent à infiltrer efficacement la société humaine, et que certains comme Tamura Ryoko sont même présents dans son école. Pour protéger sa vie et celle des êtres qui lui sont chers et notamment sa camarade de classe Satomi, Shinichi n'aura d'autre choix que de se battre contre les parasites.

     

    Stay (mini drama thailandais) 

    7,5/10

     

     

    Étonnant et captivant !

     

     

     

    Très étonnée de ma découverte. Franchement Parasyte est un film dont j’ai croisé l’affiche à de nombreuses reprises sur le net sans jamais m’y intéresser. Et puis il y a quelques jours j’ai eu envie de me regarder un film japonais et je suis retombée sur le poster… en lisant le synopsis je me suis dit « allez, pourquoi pas » sans grande conviction et sans avoir vu ni la bande annonce ni lu des avis. Le cinéma asiatique n’étant souvent pas très bon pour les effets spéciaux j’avais vraiment peur de me retrouver devant un film visuellement peu réussi mais finalement… c’est une de choses qui m’a le plus étonnée : les effets spéciaux sont bons ! A aucun moment je n’ai été gênée durant le visionnage et je me suis laissée emportée très facilement par l’histoire.

     

    Vous allez me dire oui… mais de quoi ça parle ? Et bien ça raconte l’histoire d’une sorte d’invasion par des êtres qui ne peuvent se développer qu’au travers d’un corps étranger dont ils auront pris possession… et ici des humains. S’ensuit très rapidement un véritable carnage parmi la population qui, effrayée par ces nouveaux meurtres plus barbares les uns que les autres commencent à douter de tout et de tout le monde. Et c’est pendant ce temps qu’un jeune étudiant fait face à un événement terrifiant… l’un de ces fameux parasites a pris possession de sa main. Entre eux deux va naître une relation cordiale forcée très intéressante où chacun apprend de l’autre en continu. Bref je m’étends pas d’avantage sur le sujet et vous laisse découvrir par vous-même cette histoire originale et surprenante !

     

    Au-delà de cette histoire fantastique qui m’a parfois fait pensé à l’incontournable Men In Black (que je me reverrai bien d’ailleurs) le film se veut défendre un vrai fond : celui des humains et de leur interaction avec les autres espèces (animales comme végétales). La question est soulevé par notre petit parasite, Migi, qui s’étonne de voir son hôte s’insurger que l’on tue des humains alors que les humains eux-mêmes sont les animaux les plus meurtriers sur cette planète. Même si le sujet n’est pas d’avantage développée, j’ai apprécié qu’on soulève ce petit os parce que j’en ai souvent assez d’entendre « ce n’est qu’un chien, pas un humain »… Oui et ?

     

    Le thème de la position de la femme est également l’un des sujets que Parasyte nous donne à penser avec notamment l’exemple de cette professeur qui se voit obligée de quitter son travail à cause de sa grossesse. Sans vouloir dire de bêtise il me semble qu’au Japon lorsqu’une femme va devenir mère, elle quitte bien souvent son emploi pour devenir mère au foyer. Et nous en venons à ce fameux thème de la mère où l’un des fameux parasites s’interroge sur la nature de celles-ci qui semblent avoir une force et un courage démesuré lorsqu’il s’agit de leur progéniture. Je suis très curieuse de voir la manière dont cela va être développé dans le second opus que je me verrais très prochainement.

     

    Tout ça pour dire que Parasyte est le genre de film parfait pour Halloween (ou pour un après-midi pluvieux comme cela a été mon cas) puisqu’on ne peut pas nier ni sa violence ni son côté bien gore (corps coupé en deux, décapitation, déformation des visages) et que, même s’il ne fait pas peur, il en reste tout de même un peu stressant par moments.

    Je pense du coup m’intéresser à l’anime puisque je sens que le film a du éluder pas mal de choses et qu’une histoire plus développée aurait vraiment beaucoup d’intérêt sur pas mal de point. Bref pour moi c’est un visionnage réussi qui m’a diverti pendant 1h45 sans aucune interruption !

     

     

     

    Xoxo, Sam

     

    Tu connais ? Tu as aimé ?

     


    1 commentaire
  • Attention, Love ! (drama taïwanais)

    Stay (mini drama thailandais)

    Shao Xi Li Zheng Wo Ai Ni  稍息立正我愛你

     

     

    Taiwan Du 30/07/2017 au 05/11/2017  15 épisodes (90 minutes)

    Huang Tian Ren (réalisateur)

    CTV - EBC  Ecole - Romance

     

    Stay (mini drama thailandais)

    Joanne Tseng : Zhong Shao Xi ~ Wang Zi [JPM] : Yan Li Zheng

    Riley Wang : Wang Jin Li ~ Yao Yao : An Xiao Qiao / Angelina

     

    Bao Er [PopU Lady] : Yi Yi ~ Carolyn Chen : La mère de Shao Xi, Zhou Chu Hong

    Dewi Chien : Bai Bai ~ Huang Xin Di : Li Ru Ping

     

    Stay (mini drama thailandais)

     

    Zhong Shao Xi et Yan Li Zheng sont les enfants respectifs de deux frères d'armes. Avant la mort du trisaïeul de l'un des deux, celui-ci demande à ce qu'ils soient ensemble plus tard. Le père de Shao Xi a pris ses mots à la lettre et les a ainsi fiancés. Il a également interdit à sa fille d'approcher les garçons et lui a fait apprendre tous les ars martiaux finissant en -do.

    Les parents de Li Zheng sont morts quand il était enfant, il est alors parti vivre chez son oncle au Japon.

     Shao Xi a 17 ans, elle est en 2e année de lycée et a deux amis, Li Ru Ping pour qui elle donnerait tout et Jin Yu Bin. Quant à Li Zheng, son oncle se marie et celui-ci revient alors à Taïwan vivre avec la famille de Shao Xi. Ils vont alors devoir vivre ensemble, aller à la même école, dans la même classe.

     

    Bien que Shao Xi ne soit pas forte en classe, elle est très sportive, les garçons la craignent et les filles l'admirent. Li Zheng est quant à lui très intelligent.

     

     

     

    Stay (mini drama thailandais)

     

     15/20

     

    Sweet, simple and love

     

     

     

     

    Ça me fait tout bizarre de me dire que ça y est, j’ai fini ce drama. Malgré le manque d’originalité évident du plot, j’avais vraiment envie de voir Attention Love… A cause des jolis posters couleur pastel, et puis de cette romance aux clichés réconfortants (qui m’ont souvent rappelé Playfull Kiss comme je vous le disais dans mon journal de visionnage de novembre), j’attendais avec grande impatience de pouvoir me lancer et, si le drama n’a pas fait preuve d’une performance légendaire, il est cependant parvenu à me rendre accro à son ambiance et à ses personnages. En fait je n’avais pas envie que l’aventure prenne fin, mais voilà, je suis là aujourd’hui pour vous parler d’un drama simple, mais efficace !

     

    Attention, Love ! (drama taïwanais)

    ................................................................................................

     

    Stay (mini drama thailandais)

     

     

     

     

    Attention Love ça raconte l’histoire de deux jeunes gens qui avaient été en quelques sortes promis en mariage avant même leur naissance et qui, après avoir été séparés tout petits suite à certaines circonstances se retrouvent alors qu’ils sont au lycée, et doivent vivre sous le même toit. Alors que lui est introverti, solitaire et timide, elle est bagarreuse, amicale et chaleureuse. Pourtant, ces deux là vont s’apprendre mutuellement beaucoup de choses…

    La romance m’a parfois agacée dans le sens où les raisons pour lesquelles nos héros ne peuvent pas être ensemble sont tout bêtement le manque de courage et de confiance en elle de l’héroine et l’hésitation et la difficulté du héros à comprendre ses sentiments. SPOIL Pour vous faire court, ils s’aiment dès le deuxième épisode mais aucun des deux ne le savent/se le disent. /SPOIL Alors quand pendant 12 épisodes tout ce qui empêchent nos tourteaux d’être ensemble sont ces futilités… il y a de quoi s’arracher littéralement les cheveux. HEUREUSEMENT, les personnages sont tellement attachants, l’intrigue pleine de rebondissements et de chaleur que finalement, ça passe presque comme une lettre à la poste. Si le drama n’est pas parfait, il a le mérite de ne jamais m’avoir ennuyée (agacée parfois mais jamais ennuyée) et la romance reste très très jolie notamment pour l’alchimie de malade entre les deux acteurs.

     

    Attention, Love ! (drama taïwanais)

    ................................................................................................

     

    Stay (mini drama thailandais)

     

     

     

     

     

    Zhong Shao Xi, interprétée par Joanne Tseng. L’héroine a ce caractère que j’aime tant chez nos lead féminin à savoir qu’elle n’a pas froid aux yeux. Une bagarre ne lui fait jamais peur et elle sera toujours là pour défendre ses amis ou les plus démunis. Non, personne (ou presque) n’ose se mettre en travers du chemin de ce garçon manqué qui se fiche de la mode et de l’avis des autres. Chaleureuse et authentique, c’est un personnage d’emblée attachant et j’étais ravie de la découvrir également douée en sport. Elle est donc loin de la plupart de nos fragiles jeunes filles qui se laissent facilement impressionnée par ces messieurs. Elle, elle leur botte le cul !

    Malheureusement, alors que dans la vie de tous les jours elle est dotée d’une assurance et d’un caractère mordant… lorsqu’il s’agit d’amour le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle se ramollie et tous ses choix à ce niveau là manquent cruellement de réflexion, de courage et de maturité. J’avoue avoir plus d’une fois pesté avant de finalement abandonner lorsque j’ai compris que de toute façon le scénariste allait nous la jouer comme ça tout du long.

     

    Yan Li Zheng, interprété par Wang Zi. J’ai eu un petit coup de cœur pour ce personnage qui galère dans ses relations avec les autres car il a perdu ses parents très tôt dans un accident de voiture. Il m’a beaucoup touché par sa sensibilité et sa difficulté à exprimer ce qu’il ressentait. Shao Xi est son total opposé et c’est aussi pour ça qu’ils vont si bien ensemble. Sa bouille de chien battu me faisait toujours mal au cœur, c’est vraiment un héros attachant et qui, bien qu’on ait pu croire au début, ne ressemble pas tant que ça aux héros habituels (froid, distant tralalaà). Je lui reproche en revanche d’avoir mis autant de temps à se décider alors qu’il était clairement amoureux d’elle depuis le début… si ça pouvait se comprendre de par sa difficulté à faire face à autrui… au bout d’un moment faut tenter un truc et s’assumer (alors vous me direz, oui, mais à chaque fois qu’il tente l’héroine fait une pirouette… c’est pas faux !).

     

    Whang Jin Li, interprété par Riley Wang. Un lead masculin un peu forceur qui ne semble pas connaitre la signification du mot "non" ou "je ne suis pas intéressée par toi" et qui, je trouve, est parfois un peu limite dans ses agissements. Il m’a cependant bien plu pour son éternel grand cœur. Dommage cependant qu’il n’existe en grande partie dans ce drama que dans le but d’aider nos deux tourteraux à enfin être ensemble (le pauvre, il m’a vraiment touchée dans les derniers épisodes) parce qu’il n’aura jamais vraiment été un vrai challenger à mes yeux. L’acteur a à mon avis des progrès à faire car son jeu m’a souvent un peu rendu sceptique…

     

    Angelina, interprétée par Yao Yao. Aaaaaaaaaaaaaah bah ça c’est un second lead qui m’aura vraiment vraiment surprise. Au début je me suis dit « omg comment je vais faire pour supporter ça tout le drama… ». Tout chez elle était insupportable : ses manières, son caractère, ses mimiques, sa façon de toujours prendre les autres de haut sous prétexte qu’elle est riche et ses petits dandinements ridicules. Et pourtant… dans la seconde partie du drama elle est devenue un de mes personnages favoris et une alliée de taille pour l’héroine. Son caractère a été mis au service de la bonne cause et j’ai adoré la manière dont elle rembarrait les 3 chieuses et défendait son amie de toutes ses griffes. Et puis, nous avons ENFIN une fille qui poursuit un garçon ouvertement sans manigances, tricheries ou coups bats et qui fait le premier pas sans honte. Il était temps.

     

    Attention, Love ! (drama taïwanais)

    ................................................................................................

      

    Stay (mini drama thailandais)

     

     

     

    Bercée par la chanson emblématique du drama, Close to You de Karen Lin, tout est bien qui fini bien comme on pouvait évidemment s’y attendre. Cependant je tiens à souligner que j’ai beaucoup aimé cette fin pour la simple et bonne raison qu’elle est complète, n’oublie personne, même pas les personnages secondaires et termine tout ça d’une bien jolie manière. Un beau message d’amour et une idylle pleine d’espoir pour un futur heureux et à deux.  

    Je conseille donc ce drama à ceux qui n’attendent pas d’être surpris, parce que oui, tout est prévisible, parfois un peu mou, mais jamais ennuyeux pour qui sait à quoi s’attendre et qui veulent juste dégoter un drama pour passer un moment au calme, chaudement installé avec un chocolat chaud (ou ce que vous aimez d’ailleurs). 

     

     

    Xoxo, Sam

     

    Tu connais ? Tu as aimé ?

     

    Attention, Love ! (drama taïwanais)  Attention, Love ! (drama taïwanais)


    2 commentaires
  •  

    Coup de cœur : Coco (Disney - Pixar)

    Train to Busan (film coréen)

    Disney – Pixar 29 novembre 2017 (1h 45min)

    De Lee Unkrich, Adrian Molina

    Avec Andrea Santamaria, Ary Abittan, François-Xavier Demaison plus

    Aventure, Fantastique

     

     Stay (mini drama thailandais)

    Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel. Un vrai déchirement pour le jeune garçon dont le rêve ultime est de devenir un musicien aussi accompli que son idole, Ernesto de la Cruz.

     

    Bien décidé à prouver son talent, Miguel, par un étrange concours de circonstances, se retrouve propulsé dans un endroit aussi étonnant que coloré : le Pays des Morts. Là, il se lie d’amitié avec Hector, un gentil garçon mais un peu filou sur les bords. Ensemble, ils vont accomplir un voyage extraordinaire qui leur révèlera la véritable histoire qui se cache derrière celle de la famille de Miguel...

     

    Stay (mini drama thailandais) 

    9,5/10

     

    J'ai eu beaucoup de mal à rassembler mes idées pour m'exprimer sur Coco, et une partie de cet avis est très personnel, mais je voulais être sincère, vous donner mon ressenti dans sa totalité, même la plus intime, pour partager avec vous un moment fort... un film extraordinaire. 

     

     

    Incroyable. J’ai fini Coco il y a peut-être une ou deux heures et j’ai toujours dans les yeux et dans le cœur des milliers d’étoiles qui brillent de mille feux… à l’image de ce que vient de m’offrir ce film, je reste émerveillée, rêveuse et touchée. Je suis une grande amatrice de films d’animation et des studios Pixar, Disney et Dreamworks  qui ont bercé ma jeunesse et qui aujourd’hui encore, produisent des œuvres qui me font passer de très bons moments. Cependant, cela faisait longtemps, je crois, que je n’avais pas été autant bouleversée par quelque chose.

     

     

    Coup de cœur : Coco (Disney - Pixar)

    Coco raconte l’histoire d’un jeune garçon qui rêve d’être un artiste, envers et contre l’opinion de sa famille qui a bannie toute forme de musique à la maison. Sur cette base assez classique le film finit par tout simplement s’envoler et par nous ravir par un visuel d’une exceptionnelle beauté, une sensibilité et un imaginaire riche et brillant… Si les graphismes et le design ne sont pas spécialement innovants, ils sont absolument magnifiques et très expressifs. J'ai vraiment été impressionnée par les textures (et notamment celle des peaux) qui sont d'un réalisme bluffant ! 

     

    C’est mon gout de l’exotisme, de la différence et de la découverte qui m’ont sans doute poussé à m’ouvrir à l’Asie et à cette envie que j’ai de découvrir le monde, les cultures et contrées les plus éloignées. Chaque jour je redécouvre des choses que j’ai envie d’aller voir et avec Coco… c’est le Mexique qui m’ouvre aujourd’hui grand les bras. Je pense que ce film d’animation est une bien belle ode à la culture mexicaine et un magnifique hommage aux coutumes, traditions et à l’imaginaire latino américain. Je ne connaissais pas du cette fête sacrée des morts, « el dia de Los Muertos » où les familles se rassemblent autour de sortes d’autels où sont dressées avec des offrandes les photos de familles des ancêtres. Mémoires, partages et rassemblement font alors vibrer tout un pays en commémoration. Une belle coutume, un joli imaginaire et un folklore toujours plus inspirant où la famille est mise sur un piédestal. Le thème de la famille est d’ailleurs très important dans ce film et mis en valeur sous la force des liens et de l'amour unissant ses membres.

     

    Coup de cœur : Coco (Disney - Pixar)

     

    Avec Coco on est emporté dans un monde imaginaire absolument resplendissant. Cette ville où les morts habitent était paradoxalement vibrante de vie, de joie, de couleurs et d’amour. Le concept même du film, à savoir s’enfoncer dans les fins fonds de ce jour de commémoration des morts a été exploité à fond pour en tirer en richesse culturelle et visuelle absolument surprenante. Tout comme Vaina m’avait plu pour son imprégnation des coutumes et traditions des îles du pacifiques, Coco est un véritable documentaire (surtout quand on sait que le travail de recherches sur place a duré 3 ans).

     

    Coco aborde le thème de la mort avec délicatesse, sensibilité et profondeur en se penchant sur deux aspects bien distincts : la peur d’être oublié (après sa mort) et la douleur des survivants (après la mort d’un proche). Qui ne s’est pas déjà dit : « est-ce qu’on se souviendra de moi après ma mort ? »… Personnellement c’est une question qui m’a toujours perturbée… tomber dans l’oubli signifiant la fin, et la fin fait très peur. Il parait que la conscience de la mort n’appartient qu’aux humains, et que nous seuls avons conscience de notre mortalité. L’éternité n’existe pas, ou du moins nous ne la verrons pas.

    Et puis… ils y a le décès de ce que nous aimons et comme seul réconfort des souvenirs du passé. Ceux qui me lisent régulièrement savent certainement que j’ai perdu la personne la plus importante dans ma vie il y a maintenant 6 mois. Ma grand-mère était à la fois ma mère, ma confidente, ma meilleure amie… Nous partagions tout et nous disputions pour rien. Coco a réveillé en moi ce questionnement qui me tracasse jour après jour ces derniers mois « On va où après la mort ? », « Est-ce qu’elle est là ? » « Veille-t-elle sur moi en ce moment ? » « Ou… est-ce que lorsqu’on mort il n’y a plus rien, tout s’arrête ? ».  Dans tous les cas je me sentais coupable : « j’aurais du mieux faire, rester plus avec elle, faire plus de choses… Ce restaurant où elle voulait aller et que je ne cessais de reporter… cette virée en ville qui est tombée à l’eau… ce voyage qu’elle rêvait de faire… » et… « si elle me regarde elle doit certainement être déçue, penser que je ne fais pas les choses correctement… » et Coco arrive et me délivre un message magnifique « Quoi que tu fasses, quoi que tu choisisses, même si je ne suis pas d’accord, en colère ou déçue… je t’aime de tout mon cœur ». Lorsqu’à la fin notre héros SPOIL délivre à Coco tout l’amour de son défunt père…. /SPOIL j’ai fondu en larmes… pas simplement parce que tout était magnifique mais parce que dans mon cœur, je ressentais une sorte de soulagement… quoique je fasse/dise/regrette ou n’aie pas fait… je suis certaine qu’elle m’aime de tout son cœur. [c’était le paragraphe confession]

     

     

    Coup de cœur : Coco (Disney - Pixar)

     

    Au-delà de toute cette profondeur que peuvent y trouver les adultes, Coco reste bel et bien également un divertissement pour enfant avec une intrigue pleine de rebondissements et de bons sentiments pour aborder en douceur et avec beaucoup de tendresse la famille, les passions et  la disparition. Suivre ses rêves reste une trame habituelle mais qui fonctionne parfaitement car petits et grands peuvent s’y retrouver. Avec ce héros qui nous touche, cette famille attachante et ce chien qui ne sert à rien (à part à nous faire mourir de rire) mais qu’on adore, le film nous entraine avec lui et nous fait oublier tout le reste. A voir de toute urgence (et de préférence sur grand écran) !

     

    Xoxo, Sam

     

    Coup de cœur : Coco (Disney - Pixar)

     


    2 commentaires