• The Chasing World : Tag (film japonais)

     

    Tag (Real Onigokko) (film japonais)

    Train to Busan (film coréen)

    Riaru Onigokko  リアル鬼ごっこ 

     

     

    Japon 11/07/2015 1h25

    Yamada Yusuke (auteur original) Sono Sion (réalisateur et scénariste)

      École - Action - Horreur / Épouvante - Suspense 15 ans et +

    DDL VOSTFRAsia Choc Fansub

     

     Stay (mini drama thailandais)

    Triendl Reina (Mitsuko) ~ Shinoda Mariko (Keiko)

    Mano Erina (Izumi) 

    Sakurai Yuki (Aki) Hidaka Nanami (Renko) Honoka Rin (Hatsu) Isoyama Sayaka (Mutsuko)

    Sawa Maki (Misaki) Takahashi Maryjun (Jun) Tomite Ami (Sur)

     

    Stay (mini drama thailandais)

     

     

     

     

    Sur une route de montagne, un bus transporte un groupe de lycéennes en voyage scolaire. Alors qu'elles bavardent joyeusement, une attaque surnaturelle frappe le bus et le coupe en deux, dans le sens de la longueur, tuant 40 filles. Seule Mitsuko en réchappe. Sa course pour échapper au danger se transforme en marathon contre l'absurde, entraînant plusieurs autres filles avec elle...

     

     

     

     

    Stay (mini drama thailandais)

     

     6,5/10

     

    Un fond qui laisse entendre la forme...

     

     

     

    Je ne regarde JAMAIS de film d’horreur habituellement, pour la simple et bonne raison que je suis une trouillarde et qu’un rien me perturbe (surtout une fois toute seule le soir). Pourtant, lorsque je suis tombée sur cet extrait de Tag, ma curiosité a été piquée et, comme les effets spéciaux n’étaient pas formidables, je me suis dit que je n’aurai sans doute pas trop peur. Bref… c’est avec beaucoup de questions que je me suis lancée dans ce film… qui s’est révélé être une drôle de surprise et une course contre la mort des plus étonnantes !

     

    Tag (Real Onigokko) (film japonais)

     

     ................................................................................................

    Stay (mini drama thailandais)

     

     

    Tag a une scène d’ouverture très particulière qui donne assez bien le ton. Deux bus de lycéennes s’en vont joyeusement pour une sortie de classe, celles-ci font une bataille de polochons et s’amusent avec l’insouciance de leur âge. Tout à coup Mitsuko échappe son stylo et se baisse pour le ramasser… c’est à ce moment précis qu’une force surnaturelle matérialisée par le vent décapite littéralement le bus et toutes ses passagères à l’exception de notre héroïne. Celle-ci doit alors à tout pris échapper à l’ouragan meurtrier…

     

    A première vue… Ce film est d’une absurdité renversante. Rien n’est cohérent, tout se succède et laisse le spectateur un peu perplexe, l’histoire n’est pas non plus passionnante, et pourtant… on sent qu’il y a une idée, un parti prix du réalisateur. Cette impression ne m’a pas lâchée durant tout le film et j’essayais d’imaginer le sens caché de chaque scène (un peu comme si comprendre le fond pourrait expliquer tout le reste). Pour prendre un exemple, lorsque SPOIL les profs se mettent à tuer toutes les élèves avec des mitraillettes et autres armes de guerre /SPOIL je n’ai pas pu m’empêcher de faire un parallèle avec… les horreurs de la guerre tout simplement, où la population sans défense est disséminée par la rage et la haine sans fondements des plus hauts placés. Les plumes blanches semblent avoir une importance capitale dans le film puisqu’elles rythment les scènes et j’en ai déduis assez facilement qu’elle représentait l’innocence, la naïveté, bientôt remplacée par des plumes rouge sang, venant accompagner les horreurs et les épreuves qu’elle traverse. Ce ne sont que des suppositions, mais c’est mon ressenti.

    Alors qu’au premier abord, Tag n’en a pas l’air, j’ai très vite eu l’impression de trouver un fond très féministe dans cette histoire, et notamment le questionnement de la position de la femme dans la société japonaise (ou même plus généralement asiatique). La volonté d’émanciper l’héroïne des ficelles masculines habite plusieurs scènes (alors qu’initialement, avec toutes ces petites culottes je me demandais si le réalisateur n’organisait pas une grande séance de voyeurisme bien gore pour pervers dégénérés) et j’ai vraiment eu l’impression qu’on montrait que Mitsuko pouvait avancer, pouvait vaincre les obstacles là où les autres n’y étaient pas parvenues, un peu à la manière d’un porte parole.

     

    Si sur son fond, on arrive à dégager des notions intéressantes, sur sa forme le film souffre d’effets spéciaux médiocres (qui, paradoxalement m’ont en partis poussée à me lancer dans son visionnage) et on passe d’une scène à une autre d’une manière très fragmentée, presque sans lien direct. Les scènes douces et poétiques s’alternant sans cesse avec des démonstrations de gore et de sadisme, on finit par se perdre un peu dans nos ressentis... Mais n'est-ce pas le but finalement ?

     

    Tag (Real Onigokko) (film japonais)

    ................................................................................................

     

    Stay (mini drama thailandais)

     

     

     

     

    Les dernières minutes du film confirment mes premières impressions, et avec cette grotte remplie de sorte de SPOIL statues de toutes les jeunes filles décédées résonne comme un monument aux morts dans lequel Mitsuko avance, inlassablement comme si, en tant que dernière survivante, elle se devait de marcher en leur nom. /SPOIL Et puis, la scène de fin, lorsqu’elle rencontre SPOIL ce vieil homme aux cheveux blancs qui joue à un jeu vidéo la représentant (remettant ainsi tout le film en cause puisque tout ceci ne serait qu’un jeu…) et qu’il veut qu’elle s’accouple avec le jeune homme (?!) sa rébellion et son suicide avec le rituel du seppuku (suicide par éventration) sont autant de manifestations de l’émancipation de la femme qui ne veut plus être un objet pour l’Homme. /SPOIL Mais tout ceci ne me fait pour autant pas comprendre le endingSPOIL est-ce finalement un simple rêve ? Peut-elle tout de même vivre ? /SPOIL

     

    La fin du film me laisse mi perplexe, mi dubitative. Je ne suis pas certaine d’avoir compris ce qu’avait décidé le réalisateur pour clore son histoire et cette fin très ouverte reste tout simplement dans la lignée du reste : du grand n’importe quoi. Je crois que l’on peut dire Sion Sono s’est permis avec Tag de ne pas se poser de limite à ce qu’il pouvait montrer et à ce qu’il pouvait faire. C’est tout à son honneur puisque tout le monde n’a pas cette audace, mais je ne conseillerai pas pour autant Tag, du moins pas à ceux qui ont juste envie de se divertir devant un bon film d’horreur parce qu’ils seront sans doute déçus. En revanche, si vous aimez les films que vous ne pouvez pas complètement comprendre, lancez-vous, vous serez assurément surpris !

     

    PS : La bande son est très sympa et rythme le film à la perfection !

     

    Xoxo, Sam

     

    Tu connais ? Tu as aimé ?

     

    Tag (Real Onigokko) (film japonais)


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 7 Mai à 15:12

    Ca me tente pas du tout ! Je passe mon chemin pour le coup !

      • Lundi 8 Mai à 09:33

        AHAHAH c'est sur qu'il est très spécial ce film xD

    2
    Lundi 8 Mai à 12:49

    Je l'ai vu l'année dernière et je n'ai pas vraiment accroché. Trop de non-dit pour de pseudo suppositions, un jeu d'acteurs et des effets spéciaux peu convaincants...
    Pas un film que je recommanderai non plus...

    3
    Hed
    Samedi 13 Mai à 12:45

    Un film d'horreurs ici ! Non mais je rêve que t'arrive-t-il Sam ? Il a l'air très bizarre mais en même temps très intellectuel je suis curieuse

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :